ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie interpellée par quatre défis selon le RND

 
Parmi les défis de l’Algérie figurent la mise en place d’une économie compétitive et la consolidation de la bonne gouvernance et de l’Etat de droit.
samedi 28 juin 2008.

Les défis de l'Algérie selon le RND. Le projet de résolution de politique générale examinée lors de la plénière du troisième congrès du Rassemblement national démocratique (RND), relève que l’Algérie est interpellée aujourd’hui par quatre défis. Il s’agit de la reconstruction d’une économie compétitive et diversifiée, la consolidation de la bonne gouvernance et de l’Etat de droit, l’approfondissement du processus démocratique pluraliste ainsi que la promotion de la personnalité nationale de la jeunesse. Le RND a rappelé que « la réussite du processus de développement est, désormais, le défi primordial », précisant qu’il s’agit de « libérer l’économie nationale de sa dépendance envers la seule richesse des hydrocarbures épuisable à terme, afin que l’Algérie ne soit pas seulement un marché pour les productions étrangères ». « Il s’agit également de satisfaire la forte demande d’emplois de la population dominée par la jeunesse », poursuit cette résolution qui a mis l’accent sur la « préservation » de l’indépendance économique nationale, la mise en place des capacités d’une politique sociale juste et solidaire, ainsi que la préservation de la cohésion sociale et la stabilité politique interne.

A cette occasion, le parti a relevé « avec satisfaction » les réformes du secteur de la justice en Algérie et les « mutations » nombreuses introduites sur la législation en vue de l’adapter à l’économie de marché. Le projet de résolution de politique générale a évoqué les fléaux de la société, à l’instar des enlèvements, de la drogue, du détournement des biens publics et de la dissipation des mœurs, estimant que pour y remédier, il est nécessaire de « durcir » les lois. Pour le RND, la contrebande et la corruption en Algérie sont également des « fléaux qui nuisent aux ressources de l’Etat, découragent l’économie productive dans les secteurs public et privé, et dévalorisent dans la société le travail au profit du bien mal acquis ». Ainsi, il propose « une répression plus ferme, laquelle exige la modernisation des administrations de contrôle et leur dotation en moyens humains et matériels suffisants ». Par ailleurs, le congrès considère que l’Algérie qui « doit s’adapter au monde contemporain et sa globalisation, doit également se doter des moyens d’y défendre ses propres intérêts et d’y préserver son identité et sa personnalité nationales ».

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après Le Financier