ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Ahmed Ouyahia s’attaque à la corruption en Algérie

 
La lutte contre la corruption en Algérie sera l’une des priorités du gouvernement selon Ahmed Ouyahia.
dimanche 29 juin 2008.

Ahmed Ouyahia déclare la guerre à la corruption en Algérie. Présidant, hier, son premier conseil du gouvernement depuis sa (re)désignation à sa tête lundi dernier, Ahmed Ouyahia a instruit les ministres pour une plus grande mobilisation contre la corruption, et sollicité des décisions appropriées et sous le sceau de l’urgence pour la rentrée, l’agriculture et les micro-crédits. Il l’avait promis, avant-hier, lors de sa conférence de presse à l’issue des travaux du congrès de son parti, et il l’a réitéré devant les ministres à l’occasion de sa première réunion avec son cabinet : « Nous mènerons une lutte sans pitié contre la corruption en Algérie », assure le nouveau chef du gouvernement Ahmed Ouyahia. En effet, selon le communiqué sanctionnant la réunion d’hier du conseil du gouvernement et dont le texte intégral a été rapporté par l’APS, Ahmed Ouyahia, « conformément aux directives du président de la République », a notamment instruit les membres du gouvernement pour « une plus grande mobilisation dans la lutte contre les maux sociaux, particulièrement la corruption en Algérie.

Sur le plan des priorités du gouvernement, le communiqué précise que « le gouvernement a été chargé de préparer l’étude et la prise de décisions appropriées pour un certain nombre de dossiers urgents. Il s’agit, souligne la même source, de la préparation des rentrées scolaire, universitaire et de la formation professionnelle, de la question des micro-crédits au niveau des différents dispositifs en place et des mesures en faveur du secteur agricole, à la fois pour les éleveurs sinistrés et pour la prochaine saison agricole ». Durant cette première rencontre, le chef du gouvernement a également instruit les ministres pour « le renforcement de la cohésion et la solidarité gouvernementale, condition essentielle de l’efficacité de l’action ». Ahmed Ouyahia a aussi demandé « une mobilisation plus forte des différents rouages de l’Etat au niveau des administrations centrales et locales ainsi que des entreprises et institutions économiques d’Algérie » et « un suivi renforcé de la mise en œuvre du programme quinquennal de sorte à lever à temps les contraintes rencontrées et en assurer la réalisation dans les délais programmés ».

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant