ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Angela Merkel bientôt en Algérie

 
La chancelière de l’Allemagne Angela Merkel effectuera une visite officielle en Algérie les 16 et 17 juillet prochains selon des sources officielles allemandes.
jeudi 3 juillet 2008.

Angela Merkel prochainement en Algérie. En attendant qu’Alger précise ses intentions sans détours, Berlin affirme, d’ores et déjà, que la visite d’Angela Merkel les 16 et 17 juillet prochains est « hautement politique. » Celle-ci ponctue un cycle important de visites de responsables allemands qui s’est étalé, tout au long de l’année, et celles à venir « probablement de secrétaires d’Etat, » nous disent des sources diplomatiques. Après le séjour en Algérie, du ministre allemand des Affaires étrangères, de celui de l’Economie, du président fédéral, du directeur général des multilatérales onusiennes, c’est donc au tour de la chancelière de venir poser de grandes problématiques « parce que nous pensons que le mot de l’Algérie compte », disent des diplomates allemands. Ils soulignent sans hésiter que « l’Algérie est un interlocuteur de premier ordre, au niveau politique, donc il est important pour nous d’intensifier les contacts bilatéraux y compris pour ce qui est de la politique internationale. » C’est ce qui les laisse affirmer que « pour nous, chaque destination est mûrement réfléchie, le gouvernement allemand a pris la décision de s’ouvrir à l’Algérie sur tous les plans. » Il est dit que Merkel viendra, à ce titre, à Alger accompagnée d’une importante délégation.

Précision de taille avancée par les diplomates : « ce n’est pas la soif énergétique qui nous pousse à cela, il faut savoir que nos besoins énergétiques ne sont couverts par l’Algérie qu’à hauteur de 1% et nous avons une balance excédentaire. » Au-delà du « bon paquet de discussions bilatérales qui devraient avoir lieu entre les deux parties, certainement, disent-ils que « des accords vont être signés, mais il faut savoir pour l’esprit allemand, que ce n’est pas l’Etat qui va être engagé et ce n’est pas la politique qui pousse l’économie, les sociétés privées sont seules capables de savoir ce qu’elles veulent comme marché. » Et si « la politique semble parfois très banale et à la fois compliquée » aux yeux des diplomates allemands, « il est impératif de réduire dans les échanges bilatéraux les aspects protocolaires, le maximum possible. » Aspects qui perturbent fortement la coopération entre les deux pays. La dernière foire internationale d’Alger a, en effet, laissé un arrière-goût amer chez les firmes allemandes et autres étrangères. Bloquées pendant trois jours en attente d’une inauguration officielle par un président dont l’agenda reste ouvert au gré des aléas y compris naturels, les sociétés exposantes à Alger avait perdu espoir de nouer les contacts qu’il faut dans ce genre de manifestation.

Synthèse de Kahina, www.algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran