ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Les Maliens tentent la paix en Algérie

 
L’Algérie a organisé une rencontre entre les parties en conflit au Mali dans l’espoir de la signature d’un accord de paix.
mardi 22 juillet 2008.

Les Maliens discutent de la paix en Algérie. Le gouvernement malien et l’Alliance démocratique du 23 mai pour le changement se sont mis d’accord, hier à Alger en Algérie, sur un cessez-le-feu et sont parvenus à un « accord de principe » sur les questions des réfugiés, des prisonniers et du processus du développement de la région du nord du Mali. La confiance ainsi rétablie, les deux parties ont convenu de se retrouver lors de deux réunions, devant se tenir entre le 20 août et le 10 septembre prochains, pour l’application de l’Accord d’Alger signé en 2006. Les délégations représentant les deux parties se sont retrouvées, depuis vendredi dernier à Alger, pour poursuivre leur dialogue en vue de restaurer la paix et la sécurité dans la région de Kidal, au nord du Mali. « Nous avons abordé les problèmes relatifs à la situation du nord du Mali, et il y a eu un procès-verbal de réunion et un relevé des conclusions de cette réunion », a expliqué, en substance, le facilitateur algérien, l’ambassadeur Abdelkrim Ghrieb, précisant que les participants se sont « penchés sur l’Accord d’Alger, sur son application et les étapes qui nous restent dans les prochains jours pour accomplir notre tâche et finir par une solution définitive pour le bien-être de cette région du Mali frère ».

Les trois parties, que ce soit le facilitateur algérien, le ministre malien de l’Administration territoriale et des Collectivités locales, le général Kafougouna Koné, ou le représentant de l’Alliance démocratique, M. Mohamed Aghrib, sont unanimes à dire que cette rencontre n’est qu’une première phase tendant à « rétablir et à consolider la confiance » entre les belligérants. Dans leur déclaration à la presse à l’issue de la réunion, tous les participants étaient animés par le souci d’instaurer une situation de quiétude et de paix dans cette région. Outre l’accord sur le cessez-le-feu, les participants ont, selon M. Ghrieb, « essayé de confirmer un certain nombre de décisions déjà prises et abordé le problème, notamment des réfugiés qui s’est accentué ces derniers temps et celui des prisonniers et des détenus des deux côtés ». « Nous allons essayer de discuter également de cette question, et leur libération pourra faciliter et améliorer la situation », a-t-il souligné. Koné a également abondé dans le même sens en affirmant que « la rencontre s’est très bien passée dans la mesure où elle a permis de sortir avec des recommandations très importantes », ajoutant que « la confiance est restaurée ».

Synthèse de Kahina, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant