ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie veut réduire l’usage des sacs plastiques

 
La réduction de l’usage des sacs plastiques en Algérie s’impose pour la protection de l’environnement.
mardi 29 juillet 2008.

Les sacs plastiques en Algérie. L’Union nationale des plasturgistes (UNP), affiliée à la Confédération nationale du patronat algérien (CNPA), a proposé lundi une série d’actions aux pouvoirs publics, notamment en matière de réduction de la pollution causée par les sacs en plastique en Algérie. Intervenant lors d’un point de presse à Alger, le président de l’UNP, Hassan Boukrya, a indiqué que les propositions, formulées par cette nouvelle association patronale regroupant plus d’une centaine d’adhérents répartis sur 25 wilayas, portaient sur trois principaux axes. Il s’agit, en premier lieu, de renforcer l’effort d’information et de sensibilisation envers les ménages sur la nécessité de limiter leur consommation de sacs en plastique au minimum en vue de réduire la pollution engendrée par la prolifération de ces sacs dans les agglomérations, a précisé M. Boukrya. La deuxième proposition porte sur l’encouragement de la création de micro-entreprises opérant dans les activités liées à la collecte et la récupération de sachets en plastique en Algérie pour leur recyclage, selon le président de l’UNP qui a ajouté que cette opération ne représente aucun danger sur la santé publique et les différentes études et analyses menées en Europe l’ont confirmé.

L’UNP a suggéré, comme troisième axe, de développer l’industrie de fabrication de sachets en plastique avec le rajout de nouveaux composants assurant sa décomposition rapide (6 mois à une année) sans porter atteinte aux consommateurs. Cette technique a été, d’après M. Boukrya, approuvée par plusieurs pays européens qui sont « très exigeants » en matière de protection de la santé publique. A propos de la poursuite de la fabrication de sachets noirs, interdits conformément à un accord conclu en mars 2005 entre le ministère de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement et les représentants des producteurs de sachets plastiques, M. Boukrya a tenu à préciser que ces sachets sont « l’œuvre de la concurrence déloyale ». Le président de l’UNP, qui a dénoncé ces pratiques, a estimé que « l’existence d’un vide juridique et le manque de moyens de collecte et de recyclage ont contribué à la prolifération de ce phénomène ». D’après des statistiques fournies par cette association, l’Algérie consomme quelque six (6) milliards de sacs en plastique par an, contre 17 milliards en France, à titre de comparaison. Les sachets en plastique représentent un taux de 1,5% de l’ensemble de déchets ménagers en Algérie.

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après le Financier