ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Le gaspillage du pain en Algérie

 
La lutte contre le gaspillage du pain en Algérie doit passer par la sensibilisation de la population à acheter modérément.
mercredi 30 juillet 2008.

Le gaspillage du pain jugé inquiétant en Algérie. Comment admettre qu’à un moment où les cours des produits céréaliers ne cessent de croître sur les marchés mondiaux, que des émeutes naissent parce qu’il devient difficile pour les démunis de s’en procurer, il y ait des algériens qui persistent à gaspiller inconsidérément le pain en Algérie, un aliment vital. Dans une conjoncture mondiale caractérisée par une violente flambée des cours des céréales, des algériens persistent à gaspiller de fortes quantités de produits de panification. Il est en effet habituel d’apercevoir ces nombreux et inévitables sachets en plastique emplis de restes de pain, de baguettes entières parfois, jetés au coin d’une rue ou au milieu d’ordures attendant d’être ramassées. Durant la période de Ramadhan en Algérie, où les yeux ont tendance à se faire plus grands que le ventre, les amoncellements de cet aliment se multiplient à foison. De pareils spectacles font peine à voir à un moment où certains pays défavorisés par la nature ou bien ne possédant pas des réserves de devises conséquentes se sont mis, ces dernières années, à éprouver les pires difficultés à répondre aux besoins alimentaires de leurs populations en raison, notamment, de la flambée des denrées alimentaires sur les marchés mondiaux.

C’est en raison de cette situation, qui s’est traduite par une importante augmentation du prix du pain et des difficultés pour les couches les plus défavorisées de la société de pouvoir s’en procurer, que de violentes émeutes ont pris naissance il y a quelques semaines en Egypte. En Algérie, pays par ailleurs largement dépendant de l’étranger pour ses approvisionnements en céréales, (en 2007 le pays à importé 2,5 millions de tonnes de blé tendre et 500 000 de tonnes de blé dur), on n’en est pas, fort heureusement, arrivé à de pareilles extrémités. Mais, sait-on jamais ? C’est la raison majeure pour laquelle il s’avère urgent de voir des mesures enfin édictées pour pouvoir entamer la lutte contre le gaspillage irraisonné que des nationaux continuent de faire de cet aliment symbole auquel leurs aînés vouaient, en leur temps, un incommensurable respect.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Jour d’Algérie