ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Amélioration des IDH en Algérie

 
Une amélioration quasi générale des IDH en Algérie a été relevée par le CNES dans son dernier rapport.
vendredi 1er août 2008.

Les indicateurs du développement humain (IDH) en hausse en Algérie. L’ensemble des analyses convergent vers une amélioration quasi générale en Algérie des indicateurs du développement humain (IDH), au sens du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), selon le 7e rapport sur le développement humain du Conseil national économique et social (CNES), présenté mercredi à Alger. "Les résultats obtenus sont relativement satisfaisants dans la mesure où des progrès indéniables ont été réalisés durant ces dernières années, notamment dans les domaines de la santé et de l’éducation, ou encore de l’égalité des genres, avec de plus en plus de femmes qui participent à des niveaux plus en plus significatifs, à la vie nationale dans son ensemble", a souligné le président du Conseil national économique et social (CNES), Mohamed-Seghir Babès. Selon ce rapport, élaboré en partenariat avec le PNUD, l’Algérie se classe dans la tranche supérieure des pays à IDH moyen, précisant que celui-ci a connu une évolution annuelle moyenne de 1,29% durant la période allant de 2002 à 2006.

Le document du CNES souligne que l’IDH a été affecté positivement par l’indice d’espérance de vie à la naissance, mais négativement par celui du niveau d’instruction, relevant que la valeur de l’espérance de vie est comparable à celle des pays à fort développement humain tels que la Pologne, la Hongrie ou l’Argentine. L’indice d’espérance de vie à la naissance a enregistré une évolution moyenne annuelle de 1,16%, précise le rapport du CNES, soulignant que l’espérance de vie à la naissance comme indicateur de l’état de santé de la population est passée en Algérie de 72,5 ans en 2000 à 75,3 ans en 2006. Les facteurs d’amélioration des IDH en Algérie sont essentiellement relatifs à la baisse de la mortalité infantile et de celle de l’infanto juvénile, observe le rapport, relevant toutefois la persistance d’une mortalité néonatale et la baisse insuffisante de la mortalité maternelle encore estimée à 92,6 pour 100.000 naissances.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après APS