ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Pas de hausse de la bourse universitaire en Algérie

 
Le montant de la bourse universitaire en Algérie ne sera pas augmenté selon le ministre Rachid Harraoubia.
samedi 9 août 2008.

Rachid Harraoubia s'exprime sur la bourse universitaire en Algérie. L’Etat algérien débourse 185 000 DA par an pour chaque étudiant universitaire, a révélé, avant-hier à Alger, le ministre de l’Enseignement supérieur, Rachid Harraoubia, assurant de ce fait que la bourse universitaire en Algérie fixée à 2 700 DA par trimestre ne sera pas revalorisée. « Ce chiffre est autrement plus important quand on sait qu’il faudrait inclure l’amortissement des investissements de l’Etat dans le secteur de l’enseignement supérieur et les prestations de services fournies aux étudiants (enseignements, ouvrages...) », a ajouté M. Harraoubia lors de la conférence de presse consacrée à l’évaluation de l’opération des inscriptions des nouveaux bacheliers, qu’il a tenue au niveau du siège de son département. Laissant entendre que l’effort de l’Etat dans ce domaine est suffisamment important, le ministre a assuré que la revalorisation de la bourse allouée aux étudiants est exclue. Il a expliqué, toutefois, que l’aide de l’Etat ne va pas nécessairement d’une manière directe dans la poche de nos universitaires.

« Le transport estudiantin (130 DA/an, ndlr) et l’hébergement (600 DA/an) sont presque gratuits en Algérie. Le ticket de restauration coûte encore 1,20 DA et il faut que vous sachiez que l’impression de ce ticket coûte plus cher que cette somme », a-t-il argué. Au regard du nombre d’étudiants qui avoisine le million, il apparaît évident que l’Algérie continue à fournir des efforts indéniables en faveur de l’enseignement, dans tous ses paliers, en lui consacrant le deuxième budget après celui de la Défense. Avant cela, Rachid Harraoubia est revenu dans le détail sur le déroulement de l’opération des inscriptions des nouveaux bacheliers. Contrairement à ce qui a été écrit sur certaines colonnes de la presse nationale, M. Harraoubia a assuré que « le système informatique mis en place pour orienter les nouveaux bacheliers a fonctionné à 100 %. » Il a, à ce titre, indiqué que 97,7 % des nouveaux bacheliers en Algérie ont pu effectuer leurs pré-inscriptions et que parmi ceux-ci, 98,04 % ont validé leurs choix, précisant que « 4 000 bacheliers n’ont pas encore validé leur inscription ».

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant