ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

La peste des ruminants au Maroc inquiète en Algérie

 
Suite à la peste affectant des ruminants au Maroc, l’Algérie a mobilisé ses services vétérinaires à Tlemcen dans l’ouest du pays.
mardi 19 août 2008.

L'Algérie s'inquiète de la peste des ruminants au Maroc. Hier, un journaliste faisait état d’une grave maladie contagieuse touchant les ovins et les caprins au Maroc. Sitôt, les pouvoirs publics ont mis en place, dans la wilaya de Tlemcen, un dispositif défensif et de surveillance contre la peste des petits ruminants (PPR), une maladie virale qui atteint les ovins et les caprins, a annoncé, lundi, M. Rachid Bouguedour, directeur central des services vétérinaires du ministère de l’Agriculture et du Développement rural. « Ce dispositif a été rendu nécessaire suite à l’apparition de cette pathologie très contagieuse au Maroc », a-t-il dit, indiquant qu’une réunion s’est tenue, hier, au siège de la direction des services agricoles de Tlemcen, au cours de laquelle, les vétérinaires publics et privés ont été informés sur cette maladie que le pays « n’a jamais connue ».

Dès lors, « la surveillance est primordiale pour cette action de prévention », a tenu à signaler le responsable. M. Bouguedour, accompagné de M. Karim Boughanem, sous-directeur de la santé animale, a indiqué que le dispositif en question porte sur « la surveillance des marchés et des souks hebdomadaires » dans région de l’ouest de l’Algérie, frontalière avec le Maroc. « Les éleveurs doivent jouer, dans ce sens, un grand rôle pour prévenir l’apparition de cette maladie », a précisé M. Bouguedour. Le travail de sensibilisation à grande échelle concerne, également, selon la même source, tant les services vétérinaires que les autorités locales et les services sécuritaires, s’agissant là d’une zone frontalière. Dans ce même cadre, une réunion s’est tenue avec le secrétaire général de la wilaya de Tlemcen. Les deux responsables du ministère qui annimeront d’autres rencontres de sensibilisation avec les responsables des wilayas frontalières dont Naâma et El-Bayadh ont tenu à rassurer qu’à ce jour « aucun cas de PPR n’a été enregistré en Algérie ».

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant