ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Des victimes et beaucoup de perturbations au centre du pays

 
Six personnes ont trouvé la mort dans des accidents liés aux intempéries et aux très fortes chutes de neige qui se sont abattues sur la wilaya de Tizi Ouzou.Trois jeunes ont été électrocutés au village Aït Yacoub, dans la commune d’Irdjen, en tentant de prêter main forte aux agents de Sonelgaz pour le rétablissement du courant électrique.
samedi 29 janvier 2005.

Selon nos informations, mercredi en fin de journée, un groupe de jeunes du village s’est rendu dans un champ limitrophe pour déblayer le terrain, en attendant les agents de Sonelgaz qui devaient réparer des câbles sectionnés, dont l’alimentation a été coupée à partir du village d’Aït Frah, commune de Larbaâ Nath Irathen. Alors qu’ils avaient entre les mains l’un des câbles sectionnés, le courant électrique a été rétabli par on sait qui. La décharge a été tellement puissante que les trois jeunes sont morts sur le coup.

Par ailleurs, entre mercredi et vendredi, un jeune homme de 27 ans a été écrasé dans son poulailler par l’effondrement du toit sur lequel il y avait plus d’un mètre de neige. A Aït Yahia Moussa et au village de Taourirt Abdellah, deux citoyens ont trouvé la mort dans l’effondrement de leur maison. Dans plusieurs localités de la wilaya, en plus des routes coupées, de nombreuses maisons ont subi des dégâts sous le poids d’énormes quantités de neige ou par la chute d’arbres. Les villages des daïras d’Iferhounene, de Aïn El Hammam, des Ouadhias et des communes situées à l’est de la wilaya telles que Aït Zikki et Zekri, vivent une véritable catastrophe. De nombreux citoyens de ces régions ont lancé des appels à l’aide pour évacuer des malades ou pour exprimer leur colère devant l’absence de l’Etat.

Si des routes nationales et certains chemins de wilaya ont pu être rouverts partiellement à la circulation, plus de 50% du réseau routier de la wilaya restent impraticables. Au niveau de la wilaya, on nous annonce que le plan ORSEC a été déclenché mardi soir, mais la persistance des chutes de neige mercredi et jeudi a rendu le travail aléatoire. L’absence de moyens dans la quasi-totalité des communes situées en montagne les a complètement isolées même si certains entrepreneurs privés ont tenté avec leurs moyens de dégager les routes. Dans plusieurs localités, la solidarité citoyenne a permis d’éviter des drames. Ainsi, plusieurs malades ont été évacués par des particuliers disposant de véhicules tout-terrain.

Selon la Protection civile, durant cette période d’intempéries, il y a eu plus d’une vingtaine d’évacuations pour accouchement. Des citoyens ont également lancé des appels pour l’acheminement de produits alimentaires, de carburants, de gaz butane ou pour le rétablissement du courant électrique. De nombreux commerçants ont vu leurs stocks de produits diminuer sans qu’ils puissent se réapprovionner. Par ailleurs, on nous annonce que des moyens du génie militaire ont été utilisés hier pour ouvrir quelques axes routiers, en attendant l’acheminement d’autres engins qui permettront peut-être de désenclaver les régions sinistrées. Certains citoyens n’ont pas hésité à exprimer leur colère quant aux retards observés dans le dégagement des axes routiers et la réaction « tardive et molle » des pouvoirs publics. « Lorsqu’il s’agissait de nous réprimer, ils avaient sorti leur chasse-neige. Où sont-ils aujourd’hui ? » Cette phrase a été répétée par de nombreux citoyens, qui ont pris contact avec notre bureau. Jusqu’à 17 heures hier, au niveau de l’administration de la wilaya, le chef de cabinet du wali était incapable de nous donner le moindre bilan, même provisoire, sur la situation qui prévaut dans la wilaya.

Par Mourad Hachid, El Watan