ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Al-Qaida revendique et menace

La nébuleuse de Ben Laden derrière les attentats de Madrid
 
lundi 15 mars 2004.

Devant l’insistance du gouvernement Aznar à vouloir prouver la responsabilité de l’ETA dans le carnage de la capitale espagnole, la nébuleuse terroriste d’Oussama Ben Laden confirme à nouveau son implication dans ce massacre. Cette revendication écarte les autres pistes, d’autant plus qu’elle intervient après l’interpellation par les services de sécurité espagnols de trois Marocains et deux Hindous ayant un lien avec l’exécution des attentats.

Pour la seconde fois en trois jours, Al-Qaïda revendique les attentats. Dans une cassette vidéo retrouvée à proximité de la mosquée de Madrid et remise aux journalistes par le ministre espagnol de l’intérieur, un “homme habillé comme un Arabe” et parlant “arabe avec un accent marocain” annonce au nom du responsable militaire pour l’Europe de l’organisation Abou Doukhan Al Afghani qu’Al-Qaïda est l’auteur de ces attentats. “Nous déclarons notre responsabilité dans ce qui est arrivé à Madrid, juste deux ans et demi après les attentats de New York et Washington. C’est une réponse à votre collaboration avec les criminels Bush et ses alliés. C’est en réponse aux crimes que vous avez commis dans le monde et concrètement en Irak et en Afghanistan, et il y en aura davantage si Dieu le veut”, affirme la personne parlant au nom d’Al-Qaïda.

Claire, nette et précise, l’organisation du milliardaire saoudien déchu de sa nationalité est toujours opérationnelle. Ainsi, et contrairement aux assertions américaines laissant croire que la force de frappe d’Al-Qaïda a été considérablement réduite, grâce à la chasse à l’homme dont font l’objet ses dirigeants à travers le monde, les attentats de Madrid montrent que cette organisation demeure une réelle menace. La minutie de l’exécution de l’œuvre macabre madrilène en est la meilleure illustration. Al-Qaïda n’a apparemment rien perdu de ses capacités. Son réseau est parfaitement huilé.

Mis en alerte par ce qui s’est passé dans la capitale ibérique, l’Occident a immédiatement renforcé ses mesures sécuritaires. La peur a repris place dans les esprits. Même les pays qui n’ont pas pris part à l’invasion armée de l’Irak, à l’image de la France et de l’Allemagne, sont des cibles potentielles, selon l’analyste britannique Paul Heywood qui estime que le réseau de Ben Laden vise de manière générale “le capitalisme occidental. Cela étant, Al-Qaïda est plus que jamais cette épée de Damoclès au-dessus des têtes des dirigeants occidentaux.

Toute la collaboration de leurs services de renseignements pour démanteler le réseau de cette mouvance intégriste n’a servi à rien. C’est dire que les agents composant cette organisation se fondent dans les sociétés où ils vivent et opèrent, d’où la difficulté de les identifier. La dissémination à travers le monde des cellules généralement autonomes d’Al-Qaïda complique la tâche de recherche”. Quant à la transmission des ordres d’Oussama Ben Laden ou de son bras droit Ayman Al Zawahiri, aux groupes chargés de l’exécution des attentats, les services secrets américains soupçonnent les enregistrements de ces deux hommes diffusés par les chaînes de télévision arabes de contenir des instructions codées.

Une chose est sûre, Al-Qaïda, qui finance, entraîne et utilise des groupes terroristes dans 35 à 60 pays, selon les estimations du renseignement occidental, échappe à tout contrôle.

Ce mystère contribue à augmenter la peur, surtout que nul n’est en mesure de prévoir la prochaine cible. Pis, l’étendue des ramifications de cette mouvance, dont la mise en place a débuté en 1988, demeure un véritable secret d’où l’ampleur des risques.

Partant de là, des mesures de sécurité exceptionnelles sont mises en place en occident, notamment en Grande-Bretagne et en Italie, citées par certains experts comme potentielle prochaine cible.

Texte intégral de la revendication

Voici la transcription de la cassette vidéo revendiquant les attentats de Madrid au nom du réseau Al-Qaïda, telle qu’elle a été remise hier aux journalistes par le ministère espagnol de l’Intérieur, à partir de la traduction de l’arabe en espagnol :

Abou Doukhan Al Afgani, porte-parole militaire présumé en Europe du réseau Al-Qaïda, dit dans cette cassette vidéo : “Nous déclarons notre responsabilité dans ce qui est arrivé à Madrid, juste deux ans et demi après les attentats de New York et Washington. C’est une réponse à votre collaboration avec les criminels Bush et ses alliés. C’est en réponse aux crimes que vous avez commis dans le monde et concrètement, en Irak et en Afghanistan, et il y en aura davantage si Dieu le veut.” “Vous, vous voulez la vie, et nous, nous voulons la mort, ce qui donne un exemple de ce qu’a dit le prophète Mahomet ; si vous n’arrêtez pas vos injustices, le sang coulera davantage, et ces attentats sont très peu en comparaison avec ce qui pourra arriver avec ce que vous appelez le terrorisme.” “C’est un avertissement du porte-parole militaire d’Al-Qaïda en Europe.”

L’énigme Ben Laden

Depuis la guerre menée par les États-Unis contre les talibans en Afghanistan en 2001, Oussama Ben Laden s’est contenté de quelques apparitions par voie audiovisuelle sur les chaînes de télévision arabes. Donné pour mort après les intenses bombardements américains de son quartier général dans les montagnes de la frontière pakistano-afghane, le chef d’Al-Qaïda a, par le biais de ses sorties médiatiques, démontré qu’il est toujours en vie. Les services spécialisés du renseignement américain et britannique ont authentifié sa voix à chaque fois. Il y a moins d’un mois, une source pakistanaise annonçait sa capture. L’information est vite démentie par les États-Unis. Malgré la chasse à l’homme dont il fait l’objet, il demeure insaisissable. Même la brigade spéciale de recherche créée par le Pentagone, pour le retrouver lui et Saddam Hussein, n’a, pour l’instant, pas réussi à lui mettre la main dessus, contrairement au président irakien déchu, en prison aujourd’hui.

Le cas Ben Laden constitue une véritable énigme pour tous les services secrets occidentaux, lesquels, en dépit de leur étroite collaboration, échouent dans toutes leurs tentatives de le capturer. Ils sont sûrs qu’il est caché quelque part dans les montagnes de la frontière entre l’Afghanistan et le Pakistan, mais ils sont incapables de le localiser.

Ben Laden doit bénéficier d’une importante assistance et d’une grande complicité dans ses déplacements.

K. A.

Les principaux attentats revendiqués ou attribués à l’organisation

1993
- 26 février : États-Unis - Un attentat à l’explosif au World Trade Center de New York fait six morts et un millier de blessés.

1995
- 13 novembre : Arabie Saoudite - Une voiture piégée explose à Riyad devant un bâtiment de la Garde nationale saoudienne. Cinq soldats américains et deux Indiens sont tués.

1996
- 25 juin : Arabie Saoudite - Un camion piégé pulvérise l’entrée de la base américaine de Khobar, près de Dahran (Est) faisant 19 morts, tous Américains, et 386 blessés.

1998
- 7 août : Kenya-Tanzanie - Deux voitures piégées explosent près des ambassades des États-Unis à Nairobi et Dar Es-Salaam, faisant 224 morts, dont 12 Américains, et des milliers de blessés.

2000
- 12 octobre : Yémen - 17 militaires américains tués et 38 blessés dans un attentat suicide contre le destroyer américain USS Cole, à Aden.

2001
- 11 septembre : États-Unis - Quatre avions de ligne sont détournés. Deux sont lancés contre les tours jumelles du World Trade Center à New York, le troisième contre le Pentagone à Washington, le quatrième avion s’écrasant en Pennsylvanie. Dernier bilan : 2 978 morts.

2002
- 11 avril : Tunisie - 21 personnes, dont 14 Allemands, sont tuées dans un attentat suicide contre la synagogue de la Ghriba à Djerba (Sud). - 8 mai : Pakistan - Un attentat suicide à la voiture piégée contre un autobus transportant des employés de la Direction des constructions navales (DCN) française, fait 14 morts, dont onze Français.
- 6 octobre : Yémen - Un pétrolier français, le Limburg, est endommagé par un attentat au large du Yémen, causant la mort de l’un des membres d’équipage.
- 12 octobre : Indonésie - Un attentat à la voiture piégée contre une discothèque à Bali fait 202 morts et 300 blessés, en majorité des Australiens.
- 28 novembre : Kenya - 18 personnes sont tuées dans un attentat suicide contre un hôtel abritant des Israéliens à Mombasa, sur la côte kényane. Dans le même temps, un charter israélien échappe à deux missiles lors de son décollage de Mombasa.

2003
- 12 mai : Arabie Saoudite - Un triple attentat suicide fait 35 morts, dont 9 kamikazes, et près de 200 blessés, dans un ensemble résidentiel à Riyad.
- 5 août : Indonésie - Un attentat suicide au fourgon piégé contre l’hôtel américain Marriott, au centre de Jakarta, fait 12 morts, et quelque 150 blessés.
- 19 août : attentat suicide contre le siège des Nations unies à Bagdad : 22 morts (dont Sergio Vieira de Mello représentant spécial de Kofi Annan en Irak), et une centaine de blessés.
- 8 nov : Arabie Saoudite - Un attentat suicide à la voiture piégée dans un ensemble résidentiel de la banlieue ouest de Riyad fait 17 morts et plus de 100 blessés.
- 12 novembre : Irak - Un attentat au camion piégé contre une base militaire italienne à Nassiriyah (Sud) tue 28 personnes dont 19 Italiens.
- 15 novembre : Turquie - Un double attentat suicide contre deux synagogues d’Istanbul fait 30 morts, dont deux kamikazes, et plus de 300 blessés.
- 20 novembre : Turquie - Un double attentat suicide visant le consulat de Grande-Bretagne et des locaux de la banque britannique HSBC à Istanbul fait 33 morts, dont deux kamikazes et le consul général britannique, à Istanbul.

2004
- 9 mars : Turquie - Deux kamikazes attaquent à l’explosif un temple maçonnique à Istanbul. Un des assaillants et un homme sont tués.
- 11 mars : 200 morts et 1 400 blessés dans dix attentats à la dynamite visant quatre trains dans trois gares de Madrid et de sa banlieue, autour d’une même ligne ferroviaire. Ces attentats sont les plus meurtriers qu’ait connu l’Espagne.

Agences, Liberté