ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

La prostitution à Béjaia

 
Le phénomène de la prostitution à Béjaia s’est fortement aggravé durant les dernières années.
dimanche 24 août 2008.

La prostitution s'aggrave à Béjaia. Béjaïa, une région connue pour son puritanisme, se révèle depuis quelques années comme le lieu de prédilection où fleurissent les maux sociaux les plus pernicieux tels que la prostitution, la toxicomanie et l’alcoolisme, avec plus récemment, un déferlement sur la ville d’homosexuels et de travestis venus de partout. La société semble impuissante devant ces phénomènes ravageurs. Quant aux statistiques portant sur ces fléaux, il est difficile de les cerner tant ces comportements pervers baignent dans la clandestinité. L’expression « entre un bar et un autre bar, il y a un bar » s’applique presque partout à Béjaïa, y compris dans certains quartiers résidentiels. A défaut d’autorisation, certaines personnes ont recours à des débits de boissons clandestins, lesquels poussent comme des champignons. Le consommateur paye moins cher sa bouteille, le propriétaire ne cédant pas un seul centime aux impôts.

Et ainsi, tout le monde trouve son compte. Sans en produire, la Kabylie est peut-être l’une des régions les plus consommatrices d’alcool du pays. A Béjaïa, on se drogue à tout âge, avec n’importe quel moyen. Et les consommateurs ne se plaignent d’aucun manque en la matière, le marché étant constamment alimenté. La filière la plus citée et la plus généreuse, c’est la filière marocaine via des villes de l’ouest du pays. En plus de ces réseaux forts et prospères, il y a lieu d’ajouter le cannabis dans certaines localités de la wilaya de Béjaïa, notamment à Toudja, El-Kseur et Fenaïa. Les prix sur le marché restent abordables ; on ne se soucie jamais de l’âge du consommateur. A titre d’exemple, la zetla est cédée à 1 000 DA la plaquette. A Béjaïa, le nombre de bars a augmenté de façon exceptionnelle, la dépravation envahissante est aujourd’hui une menace sérieuse pour notre société, ne suscitant le plus souvent, que l’indignation de tous.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant