ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Air Algérie contre Khalifa Airways

 
Air Algérie pourrait se constituer partie civile dans le procès de l’affaire Khalifa Airways selon une source judiciaire.
mercredi 27 août 2008.

Air Algérie et Khalifa Airways. Cette source justifie cette éventualité « sur la base du cours de l’instruction judiciaire de cette affaire au niveau du tribunal de Chéraga ». Des responsables de ce ministère, entendus en tant que témoins, auraient, ajoute cette source, relevé le « préjudice causé à Air Algérie avec, entre autres, la réduction des prix des billets d’avion par Khalifa Airways ». A en croire cette source, des responsables de ce ministère ont exprimé la volonté de ce secteur à demander la « réparation des préjudices causés par certaines pratiques » de l’ex-compagnie aérienne de Rafik Abdelmouméne Khalifa. Cette instruction tire à sa fin et le dossier a été adressé à la cour de Blida qui s’est intéressée à certaines rencontres qui auraient eu lieu, selon des témoins, au bureau de l’aviation civile du ministère des Transports. Des experts internationaux avaient à l’époque estimé que l’ex-compagnie aérienne de Rafik Abdelmoumène Khalifa était dans l’impossibilité de réaliser des bénéfices puisque, dans certaines situations, ses avions décollaient avec seulement quelques passagers à bord. Ce qui laissait entendre que le but de l’ex-milliardaire n’était pas de rentabiliser cette ex-compagnie aérienne, sur le plan strictement commercial, avec des activités légales, mais de l’utiliser « pour amasser des sommes colossales de manière pas très nette ».

La projection de Rafik Abdelmoumène Khalifa semblait porter à plus loin, « comme l’octroi de billets d’avions gratuits à bord des avions de cette ex-compagnie aérienne à certaines personnes en contrepartie de certaines prestations de service », résume une source judiciaire au fait de ce dossier. Le tribunal de Chéraga s’est intéressé sur les procédés par lesquels des sommes d’argent avaient été sorties du territoire national vers l’étranger pour l’ouverture de lignes aériennes et de représentations de cette ex-compagnie aérienne dans quelques pays. Pour rappel, accusée et citée au cours du procès de l’affaire Khalifa Bank, Yasmine Keramane, fille de l’ex-gouverneur de la Banque d’Algérie, a, lors de son audition par des magistrats instructeurs près le tribunal de Chéraga, été considérée, depuis quelque temps, comme étant en fuite et a reconnu qu’ « au terme d’un contrat conclu avec Ismail Karim, P-DG adjoint de l’ex-groupe Khalifa, en date du 14 juin 2000, 10 millions de francs français avaient été transférés vers son compte personnel, en date du 3 juillet de la même année, sur instruction de Kebbache Ghazi, oncle maternel de Rafik Abdelmoumène Khalifa, en sa qualité de résidente en Italie où cette ex-compagnie aérienne envisageait d’ouvrir une représentation.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après Le Jour d’Algérie