ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie face au terrorisme et l’inflation

 
L’Algérie fait face à de nombreux défis dont ceux de la lutte contre le terrorisme, le chômage et l’inflation.
mercredi 27 août 2008.

Le terrorisme et l'inflation menacent la stabilité sociale en Algérie. En cette rentrée sociale, l’exécutif gouvernemental présidé par Ahmed Ouyahia est confronté à deux défis en Algérie. Le premier est d’ordre sécuritaire, à savoir empêcher le terrorisme de perturber la quiétude des citoyens durant le mois de Ramadhan en Algérie. Le second relève de la sphère sociale et consistera à désamorcer la bombe sociale que sont les effets de l’inflation galopante sur les conditions de vie des citoyens durant cette même période du Ramadhan. Il a été écrit que le chef du gouvernement, depuis son retour aux affaires, a consacré l’essentiel de sa réflexion et de ses concertations à la recherche de solutions à ces deux graves et brûlantes questions. Il faudra encore attendre pour savoir sur quoi à débouché sa cogitation sur ces deux sujets. Car si le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, a annoncé lundi que des mesures ont été arrêtées par le Conseil de gouvernement aussi bien dans les domaines sécuritaire que social, il s’est refusé à en communiquer les teneurs.

A tort ou à raison, l’on prête à Ouyahia des visions différentes de celles de son prédécesseur sur la façon de s’attaquer à la problématique du sécuritaire et à la donne du social. Ce n’est pas une raison pour avancer qu’il s’apprêterait à annoncer de spectaculaires mesures rompant avec celles dont Belkhadem, quand il a été à la chefferie du gouvernement, a tenté de juguler et la nuisance du terrorisme et celle de l’inflation en Algérie. Concernant le sécuritaire, c’est bien ce qu’a fait comprendre Abderrachid Boukerzaza en soulignant qu’en matière de lutte antiterroriste, il y a continuation de l’action de l’Etat, y compris dans les dispositions particulières prises et le dispositif qui sera mis en place pour parer à toute éventualité durant le mois de Ramadhan. A n’en point douter que ce seront les mêmes précautions que celles ayant été arrêtées pour la période du Ramadhan de l’an dernier, qui ont fait la preuve de leur efficacité puisqu’elles ont eu un effet dissuasif empêchant les nervis du terrorisme de commettre de spectaculaires actions.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran