ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Lutte contre le terrorisme en Algérie et réconciliation

 
La lutte contre le terrorisme en Algérie sera renforcée au même temps que sera poursuivie la réconciliation nationale selon le président Abdelaziz Bouteflika.
mardi 2 septembre 2008.

Poursuite de la lutte contre le terrorisme en Algérie. Les derniers attentats sanglants qui ont frappé l’Algérie de plein fouet, particulièrement pendant le mois d’août où près de 200 victimes ont été enregistrées, ont été « condamnés avec force » par le Conseil des ministres qui s’est réuni, avant-hier, dimanche, sous la présidence de Abdelaziz Bouteflika. Dans un communiqué rendu public à l’issue de la réunion, le Conseil des ministres, tout en se recueillant « à la mémoire des victimes des lâches attentats terroristes commis ces derniers jours, exprimant ses condoléances à leurs familles », a condamné avec force « les auteurs de ces crimes terroristes qui se sont mis au ban de notre peuple ». Le Conseil des ministres a, parlà même, rendu hommage aux forces de sécurité dont il a « salué l’abnégation dans la lutte pour éliminer les groupes terroristes », et « aux martyrs du devoir national », tout en réaffirmant la détermination de l’Etat à utiliser toute la force de la loi pour assurer la sécurité des citoyens et des biens, « jusqu’à la disparition totale du terrorisme unanimement rejeté par notre peuple », est-il noté dans le communiqué. Le Conseil des ministres a également réitéré son attachement à la poursuite de la mise en oeuvre de la Réconciliation nationale en Algérie, « choix souverain de la nation, destiné à panser ses profondes blessures, Réconciliation nationale qui contribue également à l’accélération de la fin du fléau terroriste en Algérie », lit-on encore dans le document.

Mais force est de constater que malgré le renforcement du dispositif sécuritaire et les sérieux coups portés à la nébuleuse terroriste, dont les pouvoirs publics prédisent la fin imminente, sa force de nuisance demeure intacte. En témoigne justement le mois d’août des plus meurtriers qu’a vécu le pays. Issers, 43 morts et autant de blessés. Bouira, 12 morts et 42 blessés. Ce sont là les deux attentats les plus spectaculaires qui font dire à nombre d’observateurs que la politique de Réconciliation nationale, prônée par Abdelaziz Bouteflika « a lamentablement échoué », justifiant leurs analyses par le fait que les groupes terroristes continuent de recruter parmi les franges les plus défavorisées de la jeunesse qui, a défaut de prendre le large (harga) prennent le maquis, et surtout que bon nombre de repentis ont rejoint les rangs de l’organisation terroriste, alors que du côté des pouvoirs publics on insiste sur la nécessité de poursuivre la mise en oeuvre de la Réconciliation nationale en Algérie tout en minimisant l’ampleur des actes terroristes. « Des actes de représailles après les opérations menées par l’armée », avait notamment affirmé le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales,Yazid Zerhouni, au lendemain de l’attentat de Zemmouri, dans la wilaya de Boumerdès. « En ciblant des civils, les groupes terroristes ont prouvé une fois de plus qu’ils sont dans l’impasse et qu’ils n’ont aucun objectif politique à atteindre. Ils n’ont d’autre choix que de se rendre », avait-il encore déclaré pour illustrer la « lutte implacable » que leur mènent les services de sécurité.

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après Le Courrier d’Algérie