ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Condoleezza Rice samedi en Algérie

 
Condoleezza Rice profitera de sa visite en Algérie pour aborder la question des Algériens détenus à Guantanamo et en Irak.
jeudi 4 septembre 2008.

Condoleezza Rice en visite en Algérie. Qualifiées d’excellentes, les relations bilatérales existant entre Alger et Washington sont appelées à s’affermir davantage à l’occasion de cette visite, ce samedi, de la Secrétaire d’Etat américaine, Condoleezza Rice, en Algérie. Dame de fer pompeusement médiatisée dans les moindres de ses démarches, en direction particulièrement du Proche-Orient et de l’Afrique du Nord, Condoleezza Rice incarne, au regard du monde entier, le porteflambeau de la politique étrangère US. Une politique qu’elle semble maîtriser sur le bout des doigts, compte tenu de son profil de diplomate aguerrie et aussi eu égard aux dividendes qu’elle a eu à générer au profit de son pays. L’une des plus récentes déclarations de Mme Rice au sujet de l’Algérie n’a pas été sans provoquer des grincements de dents dans quelques pays du pourtour méditerranéen. C’est bien cette diplomate acclimatée aux évolutions des pays de l’Afrique du Nord et du Proche-Orient qui a qualifié l’Algérie de « leader de la sécurité régionale et internationale ».

En un mot comme en mille, une telle déclaration constitue en effet une opportunité pour lever le voile sur l’engagement de l’Algérie en matière de lutte contre le terrorisme. Un engagement qui s’est étalé des années durant et au bout duquel l’Algérie s’est forgée sa propre expérience dans le domaine de la lutte antiterroriste. Laquelle expérience est aujourd’hui très sollicitée par de nombreux pays, notamment visés par l’hydre intégriste, compte tenu de la dimension transfrontalière de ce phénomène. L’Algérie, faut-il le répéter, a été à l’avant-garde de la lutte contre le terrorisme et c’est là assurément l’un des arguments ayant inspiré Condoleezza Rice à qualifier notre pays de champion de la sécurité. La venue de la secrétaire d’Etat américaine en Algérie dans le cadre d’un périple maghrébin comme cela a dit précédemment témoigne de la volonté des deux pays d’accroître d’avantage leurs relations bilatérales. S’agissant des échanges commerciaux, le nouvel ambassadeur a précisé que leur volume a atteint le montant record de 20 milliards de dollars annuellement, ce qui place l’Algérie, at- il dit, comme « deuxième partenaire des Etats-Unis dans le monde arabe ».

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après le Courrier d’Algérie