ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Baisse du terrorisme en Algérie pendant le ramadhan

 
Le mois de ramadhan 2008 en Algérie a été marqué par une baisse sensible des attentats terroristes comparativement aux années précédentes.
mardi 30 septembre 2008.

L'armée en guerre contre le terrorisme en Algérie. Grâce à l’impressionnant dispositif sécuritaire déployé à travers le territoire national, notamment dans les grands centres urbains et la multiplication des barrages fixes et mobiles sur les principaux axes routiers, le mois de ramadhan qui s’achève est de loin le plus paisible, le moins meurtrier que l’Algérie ait connu depuis le début de la spirale terroriste en 1992. Hormis quelques attaques contre les forces de sécurité, notamment celle d’Azazga, le 14 septembre, ayant fait quatre blessés parmi les gendarmes ou encore l’assassinat d’un gendarme et la blessure de deux autres à Aïn Defla, un seul attentat kamikaze a été enregistré durant ce mois de jeûne et de piété, souvent mis à profit par les hordes terroristes pour accomplir leur basse besogne qu’elles nomment « djihad ». Il s’agit de l’attentat à la voiture piégée de Takdempt (Dellys) ayant fait 3 morts et six blessés alors qu’à pareille période en 2007, les attentats terroristes ont causé une soixantaine de victimes. La détermination des pouvoirs publics à venir à bout du terrorisme en Algérie s’est traduite sur le terrain par le démantèlement à la veille du mois sacré, de plusieurs réseaux de soutien aux terroristes mais aussi le redéploiement conséquent, sur le terrain de la lutte, de l’ANP qui a effectué plusieurs ratissages, notamment dans les massifs boisés de Kabylie où sont retranchés les derniers terroristes encore en activité.

Pour booster le moral des troupes et donner ainsi du « punch » à la lutte antiterroriste, le général major, Gaïd Salah, s’est lui-même rendu récemment à Tizi Ouzou puis dans la région de Batna, autre zone montagneuse réputée elle aussi d’abriter quelques « poches » terroristes. Pas plus loin que samedi dernier, trois islamistes armés ont été tués au cours d’une de ces opérations à Tébessa par les forces de sécurité alors que le 5 septembre, un islamiste identifié sous le nom de Selami Abdelkader et présenté comme un haut responsable de l’ex- Gspc qui s’est autoproclamé branche armée d’El Qaïda au Maghreb islamique (Baqmi) a été tué par l’armée dans la région de Tizi Ouzou. Acculés par les services de sécurités dont la stratégie de lutte sans merci commence à apporter ses fruits, les terroristes agissent par à coups, beaucoup plus dans le but de « marquer » leur présence et par là même « médiatiser » leurs actes et faire croire que leur force de frappe en Algérie demeure intacte.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après Le Courrier d’Algérie