ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Le Maroc accueillera le cinquième Congrès mondial Amazigh

 
Le cinquième Congrès mondial amazigh se tiendra du 31 octobre au 2 novembre prochain à Meknès au Maroc.
dimanche 5 octobre 2008.

Belkacem Lounes annonce le cinquième Congrès mondial Amazigh au Maroc. Le Congrès mondial Amazigh, aile présidée par M. Belkacem Lounes a présenté hier à la presse l’état d’avancement des préparatifs du 5e congrès du CMA qui se tiendra du 31 octobre au 2 novembre prochain à Meknès au Maroc. M. Belkacem a tenu également à adresser ses remerciements pour tous les efforts et les sacrifices consentis par tous ceux et celles qui n’ont pas cessé de se battre pour l’organisation de ce congrès dans leur pays, l’Algérie. « Hélas ! regrette le président du CMA, mais nous nous attendions un peu à ce refus déguisé et qui en dit long sur les desseins de certains responsables qui ont tout fait pour empêcher l’organisation de ce congrès ». Le plus aberrant ajoute-t-il, est que « les champs médiatiques avaient été largement ouverts pour les déclarations de certaines personnes s’autoproclamant représentants du Congrès mondial Amazigh, alors que l’on passe sous silence celles de ses représentants légitimes ».

Pour rappel, le 5e congrès du CMA que l’aile Lounes comptait organiser à Béjaïa, a essuyé un refus du ministère de l’Intérieur, selon les conférenciers. Un refus qui aurait soulevé beaucoup de questions dans les rangs des associations membres du CMA ainsi que de tous ceux et celles qui œuvrent dans le champ de l’Amazighité, mais aussi une certaine consternation au sein des populations de la région, selon toujours les conférenciers. Selon la même source, même le nombre impressionnant d’interventions et de correspondances émanant de différentes ONG et toutes les procédures engagées par les initiateurs de cet événement, qui aurait apporté beaucoup à l’Algérie à l’échelle internationale, et plus particulièrement à la démocratisation et au respect de la diversité linguistique, pourtant préconisées par le gouvernement et confirmées à maintes reprise par le président de la République, n’auraient rien fait.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant