ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

La Banque nationale d’Algérie victime d’un détournement

 
Pas moins de 32 milliards de dinars ont été dilapidé de la Banque nationale d’Algérie par huit personnes.
mardi 7 octobre 2008.

La Banque nationale d'Algérie perd des milliards. Dans le cadre de l’affaire Banque nationale d’Algérie (BNA), huit personnes ont été interdites de sortie du territoire national, apprend-on de source judiciaire. Parmi ces personnes, il y a Abderrahmane Riad Achour, principal accusé dans cette affaire, qui avait, rappelle-t-on, réussi à quitter le territoire national pour le Maroc, avant d’être arrêté, en compagnie d’autres accusés dans cette affaire, par la police judiciaire marocaine, et extradé vers l’Algérie. La majorité de ces personnes interdites de sortie du territoire national sont des cadres de la Banque nationale d’Algérie (BNA), dont des directeurs d’agences, ajoute cette source. Plusieurs personnes à l’instar d’Abderrahmane Riad Achour étaient considérées comme étant en état de fuite. Une vingtaine de personnes sont accusées dans cette affaire dont le procès pourrait se tenir prochainement. Les interdictions de sortie du territoire national ont été signifiées par le procureur de la République prés le tribunal de Sidi M’Hamed par correspondance adressée à la brigade économique et financière (BEF) relevant du service de la police judiciaire de la sûreté de wilaya d’Alger (SWPJ) qui a mené l’enquête préliminaire sur cette affaire de dilapidation de 3 200 milliards de centimes, selon des sources proches du dossier.

Il y a quelques années, cette affaire fut découverte grâce à une lettre anonyme adressée à la direction générale de la Banque nationale d’Algérie, a témoigné à la BEF, A. I., directeur régional. Cette lettre faisait état de mouvements de chèques depuis 2004 sans passer par la comptabilité, avait expliqué ce responsable, ajoutant que selon les informations, cette opération a été effectuée par Abderrahmane Riad Achour par la création de sociétés-écran avec ouverture de comptes bancaires dans des agences de la Banque nationale d’Algérie. Selon le dossier judiciaire, cette personne est accusée d’avoir encaissé des chèques sans disposer du solde dans ces comptes bancaires. La méthode serait simple puisque ces chèques, appartenant à certaines sociétés-écran, sont libellés au nom d’autres sociétés lui appartenant. Abderrahmane Riad Achour aurait, selon l’accusation, réussi à encaisser des sommes colossales se comptant en dizaines de milliards de dinars.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant