ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’agence d’Air Algérie à Londres dans le rouge

 
L’agence Air Algérie de Londres en Grande-Bretagne a enregitsré de lourdes pertes financières en raison de sa gestion catastrophique.
mercredi 8 octobre 2008.

Air Algérie à Londres. Un nombre de documents et de correspondances officiels, obtenus par El Khabar, ont indiqué le volume des pertes financières en devise que l’agence d’Air Algérie à Londres a subie est colossal, l’une de ces pertes concerne une grande opération d’escroquerie concoctée par un Irakien résidant en Angleterre. L’agence d’Air Algérie à Londres s’est retrouvée depuis le début de l’année 2006 dans l’obligation d’effectuer un paiement double de deux grosses factures quand elle a décidé de transférer son siége situé au cœur de Londres vers le nouvel immeuble qui n’est loin que de cent mètres. La première facture représente l’indemnisation financière du propriétaire de l’immeuble, de l’ancienne agence, pour les dégâts subis durant la période de location. A cet effet, Air Algérie a payé 78. 725 livres sterling au propriétaire de l’immeuble en question.

La deuxième facture concerne la nouvelle agence, car il s’est avéré que les travaux de la rénovation effectués par l’entrepreneur anglais, d’origine Irakienne, appelé El Sayegh, ne concordent pas avec ce qu’on lui a demandé tel que stipulé dans le cahier de charges. Il a été décidé de suspendre le paiement de la dernière tranche de la facture des travaux dont la valeur est estimée à 80 milles livres sterling, et entreprendre les mesures légales et judiciaires qui s’imposent afin d’obliger l’entrepreneur à rembourser Air Algérie les sommes qu’elle lui a versées. L’avocat d’El Sayegh a affirmé que les nouvelles de son client sont rompues, et que sa femme a déclaré qu’il est reparti en Irak, pour une durée indéterminée, pour y vivre. Le dossier a été clos durant le mois de décembre 2006 et le rapport, concernant l’entrepreneur, a été soumis à la direction générale d’Air Algérie. L’ex directeur, de l’agence d’Air Algérie a Londres Noureddine Bsikri, a, dans une correspondance, dont El Khabar a obtenu une copie, adressée au président directeur général d’Air Algérie Wahid Bouabdellah, en date du 12 juin précèdent, accusé les actuels gestionnaires des affaires de l’agence d’être les responsables directs de ces pertes, et il a demandé la création d’une commission d’enquête urgente pour définir les responsabilités et assasinir l’agence.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après El Khabar