ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Etudier en Algérie est une chance selon Bouteflika

 
Les étudiants en Algérie doivent être conscients de la chance qu’ils ont avec la prise en charge totale selon le président Abdelaziz Bouteflika.
lundi 13 octobre 2008.

Abdelaziz Bouteflika s'exprime sur les études en Algérie. C’est presque un avertissement, positiviste, que le président de la République Abdelaziz Bouteflika a adressé hier à l’endroit des étudiants à Tlemcen, dans l’ouest de l’Algérie. Bénéficiant d’une bourse d’études, du transport, de la restauration et de l’hébergement, les étudiants doivent, a indiqué le Président, être conscients de la chance qu’ils ont en matière de prise en charge. « Il s’agit évidement d’une chance pour notre pays et si jamais un jour l’exportation du pétrole ne répond pas à nos besoins, ces étudiants seront appelés à retrousser les manches », a-t-il souligné lors de son discours prononcé à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de l’année universitaire, depuis la wilaya de Tlemcen où il effectue une visite de travail de deux jours. « Seraient-ils capables d’étudier sans bourses ou sans transport ? », s’est-t-il interrogé. « Ailleurs, dans d’autres pays, les étudiants payent leurs études », a-t-il fait remarquer. Et d’ajouter que « nous avons tendance à ne pas penser aux mauvaises surprises quand nous sommes dans une situation de confort ».

Lors de son discours qui a duré presque une heure, le président Bouteflika a indiqué qu’il y aura près de 1,5 million d’étudiants en Algérie en 2010, un effectif que l’Etat pourra largement prendre en charge, a-t-il indiqué, soulignant que notre pays ne diffère nullement des autres sur les plans qualitatif et quantitatif. Ce qui est important, a-t-il précisé, c’est la question de l’encadrement. Et de remercier dans ce sens la corporation universitaire pour tous les efforts fournis, insistant sur le fait que cette dernière représente « l’élite de l’élite ». Dans le même sillage, il a annoncé, sous les applaudissements des recteurs et autres représentants présents, l’octroi prochain de 3 000 logements de fonction au profit de la corporation universitaire. Et de poursuivre : « Actuellement, le bilan est loin d’être rose pour la formation universitaire. Ce que nous vivons actuellement n’est pas satisfaisant », a-t-il néanmoins précisé. Le président de la République est longuement revenu sur l’inadéquation entre la formation universitaire et la demande du marché du travail en Algérie. Les observations que le Président a étayées hier sont presque à l’identique de celles déjà faites lorsqu’il avait donné le coup d’envoi de l’année universitaire depuis Blida, il y a de cela près de trois ans.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après Le Jeune Indépendant