ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Les lycées d’Algérie en grève de 2 jours

 
Les lycées d’Algérie ont été paralysés hier par la grève initiée par le Cnapest et le CLA pour deux jours.
mardi 28 octobre 2008.

Grève dans les lycées d'Algérie. Première grève de cette rentrée scolaire en Algérie. Le Cnapest et le CLA ont presque paralysé les lycées à travers tout le pays. Aujourd’hui, deuxième et dernier jour de la grève, les élèves devront rebrousser chemin. Ils étaient nombreux, hier, les élèves à devoir rebrousser chemin. Pour cause, il n’y a eu pratiquement pas cours. Dans plusieurs lycées, notamment à Alger, les enseignants étaient en grève, à l’appel du Cnapest (Conseil national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique), appel soutenu par le CLA. Au premier jour de ce mouvement de protestation qui prendra fin aujourd’hui, les cours ont été sérieusement perturbés, avons-nous constaté lors de notre tournée dans certains établissements de l’Algérois. A Kouba, comme au niveau des lycées Hassiba-Ben-Bouali et Kheïder, la plupart des élèves n’ont pas eu cours, excepté dans certaines matières. Même constat au lycée El-Idrissi alors qu’au niveau des établissements Ibn Nass et El-Afia, l’ensemble des enseignants a donné cours. Dans certains lycées, les élèves ont été libérés à 10 heures par l’administration, qui leur a demandé de se représenter le lendemain. « Nous avons seulement eu cours d’anglais et nous sommes restés jusqu’à 11 heures dans nos classes sans un autre cours », nous a indiqué une élève du lycée à Hassiba-Ben-Bouali.

Si les élèves ne semblaient pas trop se soucier du temps d’études perdu, il en était pas de même des parents, qui affichaient déjà leur inquiétude d’avoir à revivre le même scénario qu’en 2003. « Ma fille repasse son bac et cette fois-ci, elle n’a pas le droit à l’erreur. Mais à peine les cours entamés, voilà que les grèves reprennent », s’inquiétait une maman, tandis qu’une autre affichait sa compréhension quant aux doléances des enseignants. « Ce qu’ils demandent est légitime et la grève reste un droit », a-t-elle soutenu. Le Cnapest n’a donc pas annulé ni reporté son mouvement de protestation en dépit de la réunion qu’il a eu avec les représentants du ministère de l’Education nationale, samedi dernier. « La grève dans les lycées d’Algérie a été décidée par le conseil national et ne peut être annulée que par un conseil national extraordinaire », a déclaré hier le coordonnateur du Cnapest au Jeune Indépendant, M. El-Arbi Nouar, qui a indiqué que la grève a été largement suivie à l’échelle nationale. A l’exception des lycées d’Alger-Centre où le syndicat n’est toujours pas structuré, l’ensemble des lycées a répondu au mot d’ordre de grève. A Tizi Ouzou, Batna, Constantine, Jijel, Béjaiïa, Bouira, Blida et Tipasa, le taux de suivi a dépassé les 65 %, selon le même syndicaliste qui a insisté sur la nécessité d’adopter des mesures provisoires en attendant l’adoption définitive du régime indemnitaire. M. Nouar veut de nouvelles mesures pour calculer la prime de rendement sur la base des nouveaux salaires de base et non pas des anciens. L’application du nouveau statut particulier est également l’une des revendications principale des syndicats.

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après Le Jeune Indépendant