ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Le Maroc épinglé par les députés algériens

 
Des députés algériens ont épinglé le Maroc en affirmant que le royaume n’avait aucune souveraineté sur le Sahara Occidental.
mercredi 29 octobre 2008.

Les députés algériens dénoncent le Maroc. La journée parlementaire organisée à l’APN a été un espace d’échange de points de vue quant aux voies permettant au peuple sahraoui d’exercer son droit à l’autodétermination au Sahara Occidental occupé par le Maroc. Les participants ont conclu, à l’unanimité, à l’inexistante de liens historiques ou juridiques entre la monarchie marocaine et les Sahraouis. Le Maroc ne peut en aucun cas exercer sa souveraineté sur le territoire sahraoui. C’est la conclusion unanime relevée par nombre d’experts qui se sont succédé à la tribune et qui ont réitéré le caractère illégal de la présence marocaine au Sahara occidental. Dans son allocution d’ouverture, M. Rafik Bentabet, président de la commission des affaires étrangères, de la coopération et de la communauté algérienne à l’étranger à l’APN, a affirmé que « le soutien constant de l’Algérie à la cause sahraouie et à toutes les causes de libération dans le monde entre dans le cadre du respect des principe de la Charte de l’ONU, notamment du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes pour éradiquer les foyers de tension et achever la décolonisation dans le monde ».

Il place la question de la décolonisation du Sahara occidental dans le chapitre des droits de l’homme : « Omettre de reconnaître le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination revient à violer ses droits et par ricochet les principes de la Charte onusienne », a-t-il souligné. Le président de la commission économique de la RASD, M. Salem Youssef, a précisé, quant à lui, que la persistance de la présence du Maroc dans les territoires sahraouis menace la stabilité de toute la région. « Le plus dangereux est l’exploitation illégale des richesses et le déplacement de la population sahraouie dans les territoires occupés », a-t-il prévenu en valorisant le large élan de solidarité existant dans le monde et la position constante de l’Algérie sur ce dossier. Au terme des travaux, le groupe de fraternité et d’amitié algéro-sahraouie a fait montre dans un communiqué, de son souhait que le prochain round des discussions entre le Front Polisario et le Maroc, sous la médiation de M. Christopher Ross, accélère la cadence pour une solution globale et juste à la question sahraouie. Il réitère sa condamnation de la violation des droits de l’homme et du pillage en série des richesses sahraouies sous le silence complice de la communauté internationale.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après Le Jeune Indépendant