ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Appel des citoyens algériens à l’opinion nationale et internationale

Bouteflika a programmé la mort des journalistes.
 
Le ministre de l’Intérieur, Nourredine Yazid Zerhouni, vient de cautionner publiquement les appels au meurtre que des prêches haineux, prononcés par des imams payés par l’État, ont lancé à l’encontre des journalistes algériens, notamment ceux du quotidien Liberté, et du dessinateur Ali Dilem, désigné nommément par le ministre.
lundi 1er mars 2004.

Cet appui du gouvernement algérien au lynchage des journalistes est très grave et ne saurait être passé sous silence. Il démontre, une fois de plus, la collusion entre les fondamentalistes algériens et le pouvoir d’Abdelaziz Bouteflika dont Nourredine Yazid Zerhouni est l’un des principaux collaborateurs. Nous, citoyens algériens, attachés à la liberté et à la démocratie, exprimons notre plus profonde inquiétude devant le climat inquisiteur et dictatorial qui s’installe en Algérie depuis quelques mois. Nous informons l’opinion nationale et internationale que le pouvoir algérien a programmé la mise à mort de journalistes et d’intellectuels algériens qui ont osé braver la dictature de Bouteflika. L’Algérie est retournée aux années du terrorisme et de la peur, avec, cette fois-ci, le soutien actif et public du pouvoir algérien et du président de la République. Nous tenons le gouvernement algérien pour responsable de tout ce qui pourrait se commettre contre un journaliste algérien. Le monde doit savoir que le régime de Bouteflika encourage les tueurs.

Nous affirmons haut et fort que la société algérienne ne laissera pas faire ce nouveau pouvoir fascisant, elle l’empêchera de soumettre le pays à la peur et au chantage de l’assassinat. Nous nous battrons, nous protégerons la liberté de la presse, nous achèterons et lirons Liberté, nous soutenons Dilem, authentique fils de l’Algérie libre et dont on ne se félicitera jamais assez qu’il mette son talent au service de la liberté dans son pays. Ce combat, que nous entendons aussi mener contre la montée de l’intolérance dans le monde, en appelle à la solidarité de tous les démocrates où qu’ils se trouvent.

Premiers signataires : Zerrari Rabah (dit commandant Azzedine), Belaïd Abrika, Boubnider Salah (dit Saout El-Arab), El-Hachemi Chérif, Abdelhak Brerhi, Abdelaziz Rahabi, Benchicou Mohamed, Dzanouni Fatiha, Khelifi Ghania, Mokhtari Rachid, Rezzoug Youcef, Ouafek Ali, Aomar Ouali, Salim Tamani, Nabila Saïdoun, Souhila H., Mustapha Benfodil, Mourad Belaïdi, Nabila Afroun, Samia Lokmane, Allaoua Meziani, Farid Belgacem, Amine Idjer, Hamid Arab, Lilia Djermane, MmeChabane Tassadit, Ancer Ahmed, Bahmane Ali, Belhouchet Omar, Bekkat Réda, Omar Kharoum, M. T. Messaoudi, Tayeb Belghiche, K. Smaïl, Salima Tlemçani, Nabila Amir, Benchabane Ahmed, Djamel Zerrouk, Fouad Boughanem, Nacer Belhadjoudja, Malika Boussouf, Badreddine Menaâ, Kamel Amarni, Hakim Laâlam, Ahmed Allia, Ali Mekcem, Nassima, Driradja ...

Rédaction de Liberté