ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Des associations féminines en Algérie soutiennent la révision de la constitution

 
Plusieurs associations de défense des droits des femmes en Algérie se sont dites favorables à la révision de la constitution.
dimanche 9 novembre 2008.

Des femmes soutiennent la révision de la constitution en Algérie. Un groupe d’associations féminines activant pour la promotion des droits de la femme en Algérie a tenu, dans une déclaration rendue publique hier, à apporter un soutien indéfectible à la révision de la Constitution, ainsi qu’à son promoteur. Il s’agit des associations Rachda, El-Manar, Flambeau de la femme, Promotion de la femme, Saâda, Iqrâa et Ansedi. Justifiant leur position, l’ensemble des associations explique que les mesures projetées en faveur des droits politiques des femmes dans le cadre de cette révision constitutionnelle sont éminemment importantes. Et de souligner que « cela est l’aboutissement d’un long combat des Algériennes pour l’égal accès aux postes de représentation et de décision et une réponse au souci d’une juste cohabitation des hommes et des femmes quant à leurs droits ».

Tout en rappelant que les amendements apportés aux codes de la famille et de la nationalité en 2006 ont contribué à rétablir des droits au profit des femmes, ces associations estiment que les nouvelles mesures envisagées sont l’expression de la reconnaissance du rôle joué par les Algériennes dans la défense de la patrie, chaque fois que l’histoire l’a exigé, notamment pendant la glorieuse guerre de libération nationale et dans le cadre de la résistance face au terrorisme. Ces mesures constitutionnelles en faveur des femmes sont historiques parce qu’elles correspondent à l’état de niveau de développement réel de notre pays où 63 % des universitaires sont des filles, précisent en outre ces associations militant pour la promotion des droits de la femme. Et de souligner que ces mesures prises par l’Etat ouvrent « des perspectives nouvelles empreintes d’espoir et de dignité pour nos filles et nos petites filles qui auront le moyen légal d’exiger une place plus juste dans toutes les institutions du pays et placent l’avenir de notre société dans le cadre d’une modernité réelle et non politicienne ».

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant