ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Bouteflika s’assure un autre mandat en Algérie

 
Le président Abdelaziz Bouteflika s’est virtuellement assuré un 3e mandat de président de l’Algérie après l’adoption de la révision de la constitution.
jeudi 13 novembre 2008.

Bouteflika restera président de l'Algérie. Ainsi donc, le sujet qui a tenu les devants de la scène politique nationale pendant plus de deux années aura été expédié, dans toute sa procédure légale, en deux semaines. L’adoption de la révision de la Constitution en Algérie, hier, par le congrès du Parlement a été une simple formalité, à tel point que le président du Conseil de la nation qui a présidé cette session, s’est laissé aller à un lapsus fort révélateur. En effet, avant même que les travaux débutent, et en présentant le programme du déroulement des travaux, M. Abdelkader Bensalah a mentionné le message envoyé par le président Bouteflika, félicitant les parlementaires et saluant leur clairvoyance en plébiscitant la révision de la Constitution. S’agissant du déroulement des travaux, la commission parlementaire mixte présidée par Abderrezak Bouhara et chargée de l’élaboration du règlement intérieur et de l’ordre du jour de cette session, n’a laissé aucune place au hasard : Le vote se fera à main levée ; aucun parlementaire n’a le droit de prendre la parole ni de faire un point d’ordre. Mieux, elle a chargé le président de la session « de prendre les mesures qui s’imposent » contre quiconque entraverait le déroulement des travaux. M. Bensalah commence par révéler le nombre de présents. Ils étaient 529. Seules deux absences étaient à déplorer alors que six autres parlementaires ont délégué un de leur collègue à voter à leur place.

Le règlement intérieur du congrès a été le premier à être soumis au vote. Seuls les 21 parlementaires du RCD avaient voté contre. Le parti de Saïd Sadi a suggéré, entre autres, que le vote se fasse à bulletins secrets. Vint le tour du chef du gouvernement, Ahmed Ouyahia, qui a présenté et défendu le texte et la substance du projet de révision. Il a affirmé que le projet soumis au Parlement « est fidèle aux dispositions de la Constitution », soulignant que le projet en question intervient « dans le cadre du strict respect de la volonté du peuple algérien ». Cette révision partielle de la constitution de l’Algérie vise à « renforcer le processus de redressement national (...) par le développement de l’assise constitutionnelle de la République algérienne », a précisé M. Ouyahia, estimant que cette étape vient couronner le processus de réconciliation nationale qui doit se poursuivre à la faveur d’un « renforcement du cadre constitutionnel ». A l’issue de l’allocution de M. Ouyahia, la séance fut levée pour permettre à la commission parlementaire mixte de se réunir afin d’examiner et d’élaborer son rapport final relatif à cette loi. Le rapport final est, par le rapporteur de ladite commission, lu à la reprise des travaux une demi-heure plus tard et M. Bensalah soumet le texte final, dans sa globalité, au vote des parlementaires. Une « forêt » de mains, 500 exactement, se lève pour dire oui au projet du président Bouteflika.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant