ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie et la Turquie veulent développer leur coopération

 
L’Algérie ambitionne de développer sa coopération avec la Turquie selon le ministre Mourad Medecli qui a effectué une visite à Ankara.
vendredi 14 novembre 2008.

L'Algérie et la Turquie veulent coopérer encore plus. Une visite qui s’inscrit selon le chef de la diplomatie algérienne « de façon naturelle dans le cadre de la mise en oeuvre du Traité d’amitié et de coopération signé par l’Algérie et la Turquie à Alger en 2006 et qui prévoit, entre autres, de développer les consultations à tous les niveaux y compris sur le plan politique. » Ainsi, pour Medelci qui estime que le traité devrait trouver sa pleine application en 2009 dans tous les domaines, les rencontres programmées avec les responsables turcs permettront « d’évaluer globalement les relations et identifier toutes les actions qui pourraient être entreprises ou consolidées pour nous inscrire de façon pleine et entière dans sa mise en oeuvre ». Pour illustrer ses propos, le ministre des affaires étrangères a mis en exergue l’opportunité qui a été donnée à plusieurs responsables algériens et turcs de se rencontrer, à maintes reprises, citant le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, qui a eu déjà l’occasion de rencontrer son homologue turc, Abdullah Gul à l’occasion d’une audience en marge des travaux de la Conférence de Dakar (OCI), le mois de mars dernier. Enregistrant « avec satisfaction » d’autres échanges notamment au niveau ministériel, Medelci a souligné que la Turquie est un opérateur commercial parmi les « plus performants » du bassin méditerranéen et le courant d’échanges commerciaux avec ce pays « ne cesse de se développer d’une année à l’autre ».

D’ailleurs, dans ce registre, il y a lieu de rappeler que le volume des échanges commerciaux entre les deux pays a enregistré une amélioration considérable ces dernières années passant de 1,5 milliard de dollars en 2007 à plus de 2,5 milliards de dollars durant le premier semestre 2008 et pourraient atteindre selon les estimations turques, 5 milliards de dollars « d’ici quelques années » Dans ce sens, les turcs espèrent la signature d’un accord de libre-échange, seul à même de donner un nouvel élan aux relations économiques entre les deux pays. Les turcs par la voix de leur ambassade en Algérie avaient récemment estimé qu’un tel accord permettrait d’alléger les droits de douane sur les produits turcs qui varient entre 15 et 30 % alors qu’ils ne dépassent pas 5% pour les produits venus de l’Union européenne avec laquelle l’Algérie et liée par l’accord d’association. Les discussions qui porteront sur plusieurs volets aborderont certainement les possibilités d’un accord de ce genre tant les investissements turcs en Algérie vont crescendo tout comme les exportations algériennes qui étaient de l’ordre de 2,3 milliards de dollars en 2007. S’agissant des investissements turcs dans notre pays, ils étaient de l’ordre de 310 millions de dollars en 2007 contre seulement 40 millions de dollars en 2004 (150 entreprises turques issues notamment des secteurs du bâtiment, des travaux publics, des textiles, de l’industrie chimique, des conserveries et du transport exercent en Algérie, soit plus de 40% de l’ensemble des sociétés turques établies en Afrique). La visite de Medelci dans ce pays frère avec lequel « nous avons un patrimoine culturel immense lequel demeure sous-exploité de part et d’autre » a expliqué le ministre, pourrait être aussi l’occasion de développer ce volet.

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après Le Courrier d’Algérie