ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Iran et l’Algérie veulent développer leur coopération

 
L’Iran et l’Algérie entendent développer leurs relations politiques et économiques.
mardi 18 novembre 2008.

L'Iran et l'Algérie coopèrent. En effet, l’Algérie et l’Iran ont signé un mémorandum énonçant notamment la création d’une commission mixte. Celle-ci qui devra booster tous les secteurs, économique, technique, scientifique, culturel, social… se réunira chaque année alternativement dans l’un des deux pays et sera coprésidée par le Premier ministre algérien et le premier vice-président iranien, selon le mémorandum. Le document prévoit la création d’un comité de suivi qui doit tenir deux sessions par an, l’une en Algérie, l’autre en Iran. Il sera présidé du côté algérien par Abdelkader Messahel, ministre délégué, chargé des Affaires maghrébines et africaines, et du côté iranien par Said Kya, ministre de l’Habitat. Un programme de travail organisant les rencontres entre les deux parties d’ici fin décembre 2008 et durant le premier semestre 2009 a été également signé en marge de la visite du premier vice-président iranien. Entrant dans le cadre de la visite du numéro 2 iranien, une rencontre entre le ministre de l’Industrie et de la Promotion des investissements, M. Hamid Temmar, et son homologue iranien qui prend en charge aussi le secteur des mines, a eu lieu au siège du MIPI.

Les deux parties ont abordé la coopération bilatérale dans le domaine de l’industrie. Cette coopération, a souligné M. Hamid Temmar, sera fructueuse dans la mesure où elle s’articulera sur des actions de partenariat pouvant allier les compétences et les potentiels existant en Algérie et en Iran, d’autant que notre pays s’est doté d’une stratégie industrielle qui permet d’identifier dans un intérêt commun les domaines de collaboration et de partenariat industriel. Le ministre a émis son souhait de travailler avec des partenaires stratégiques disposant de l’engineering, de services et de compétences avérées, notamment dans les industries mécaniques (véhicules industriels, automobiles, matériels agricoles et wagons de chemin de fer), la pétrochimie et le ciment. L’investissement est un acte libre en Algérie qui offre de nombreux avantages à ses partenaires, a-t-il précisé. L’objectif attendu du partenariat algéro-iranien dans le domaine industriel est non seulement une meilleure couverture du marché national, mais également l’exportation dans la région maghrébine et en Europe en vertu de l’accord d’association qui est mis en œuvre.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant