ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Les accidents de travail en Algérie

 
Le nombre d’accidents de travail en Algérie demeure important selon un cadre du Conseil national des assurances.
mardi 16 décembre 2008.

Les accidents de travail restent élevés en Algérie. « Les conséquences humaines des accidents du travail en Algérie sont multiples de par leur action sur le niveau de rentabilité et la valeur ajoutée, sachant que l’entreprise représente le foyer des salariés et que le préjudice de chacun est susceptible d’affecter la totalité », a déclaré hier à Alger Nourredine Mameri, cadre au Conseil national des assurances (CNA), lors d’un séminaire organisé par la Chambre française de commerce et d’industrie en Algérie sous le thème « la sécurité des salariés : une valeur ajoutée pour l’entreprise ». Les montants remboursés par la CNAS au titre d’indemnisations aux ayants -suite aux accidents du travail génèrent des conséquences financières considérables. Les accidents du travail en Algérie sont classés en trois catégories, à savoir les accidents avec arrêt du travail, accidents avec incapacité et enfin les accidents avec décès. Concernant la première catégorie, les accidents de travail ont enregistré une légère baisse de 1,32% entre 1998 à 2005, passant de 29 435 accidents à 29 047 accidents. C’est ce qu’a révélé Nourredine Mameri. Selon lui, le nombre de jours total d’arrêt de travail a connu une hausse importante de 21,14%, passant de 1 204 233 jours à 1 458 840 jours. Le montant d’indemnisation des arrêts de travail est passé de 401,25 millions de dinars à 720,97 millions de dinars soit une variation positive de 79,68% a-t-il ajouté. Pour ce qui est de la deuxième catégorie, le nombre d’accidents graves, selon l’orateur, est passé de 5 660 en 1998 à 7 931 en 2005, soit une hausse de 40,12%.

Concernant l’incapacité permanente globale, elle est estimée par l’orateur à 78 627 en 1998 contre 98 034 en 2005, soit une croissance de 24,68%. Quant au montant de l’indemnisation, il est doublé, passant ainsi de 206 millions de dinars en 1998 à 402 millions de dinars pour 2005, soit une variation positive de 95%, a ajouté l’orateur. Pour la troisième et dernière catégorie, le nombre de décès payés au cours de l’année 1998 est de 373 victimes contre 415 morts en 2005, soit une hausse de 11,26%, a encore indiqué Nourredine Mameri. Les capitaux décès réglés sont passés, selon le cadre du Conseil national des assurances de 59,3 millions de dinars en 1998 à 102,6 millions de dinars en 2005, soit une hausse de 72,9%. Les branches d’activités qui engendrent des accidents avec arrêt de travail supérieur à la moyenne globale des branches, selon Nourredine Mameri sont : les secteurs des transports et manutention avec 61jours, l’interprofession avec 57jours, le bois avec 55jours et le bâtiment et travaux publics (BTP) avec 52 jours alors que la moyenne de l’ensemble des branches est de 48 jours. Quant aux accidents avec incapacité permanente, ils affichent la même tendance que celle des accidents avec arrêt. En plus des branches déjà citées, il y a la branche gaz et pétrole en Algérie qui entraîne une incapacité de 20% supérieure à l’incapacité moyenne totale qui est de 12,1% a-t-il ajouté. Concernant les accidents mortels, les branches qui entraînent presque la totalité des décès, selon les estimations du cadre du CNA : sont le BTP, interprofession et transports et manutention avec 82,66% du total des décès.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après Le Courrier d’Algérie