ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

La situation sécuritaire en Algérie en nette amélioration

 
La lutte contre le terrorisme en Algérie va se poursuivre jusqu’à l’éradication des organisations criminelles selon le gouvernement.
dimanche 4 janvier 2009.

La situation sécuritaire en Algérie s'améliore. Une trentaine de terroristes du GSPC ont déposé les armes dans la région de Boumerdès et environ 25 autres ont été éliminés dans le cadre de la lutte antiterroriste, outre l’arrestation de plus de 300 éléments de soutien et le démantèlement d’une quarantaine de réseaux terroristes en Algérie, ainsi que la destruction de quelque 80 casemates et caches de repli des groupes armés. Bien que des informations recoupées laissent entendre que pas moins de 200 terroristes du GSPCcontinuent d’activer dans les maquis de Boumerdès, l’année 2008 se sera achevée dans de bonnes conditions sécuritaires, notamment grâce à une stratégie de lutte basée essentiellement sur un travail de fond efficient et une coordination optimale entre les éléments des forces combinées. En effet, depuis le mois d’aout 2008, un travail assidu de lutte antiterroriste en Algérie a été effectué par les forces combinées de sécurité. Un officier en charge de la lutte antiterroriste dans la région de Boumerdès a révélé au Jeune Indépendant que « depuis les 6 derniers mois de l’année 2008, la lutte a été axée sur la déstabilisation des troupes du GSPC activant dans les régions de Lakhdaria, de Thénia, de Zemouri et de Bordj Ménaïel ».

Une stratégie qui a eu pour premiers résultats « une pression sans pareille sur la katiba El-Arqam dirigée par le sinistre Sid Ali Belkacemi alias Khaled Abou Amine », est-il précisé. Cette katiba du GSPC qui regroupe une quarantaine d’éléments active dans la région comprise entre Lakhdaria et Thénia. Une autre source sécuritaire a indiqué que « Khaled Abou Amine avait pour mission d’ouvrir des passages sur la capitale à partir des monts de Thénia ». La pression exercée par les forces militaires dans le cadre de la lutte antiterroriste a permis de déstabiliser les groupes du GSPC en Algérie. Parallèlement, la katiba Ansar qui active entre Dellys, Zemouri et Bordj Ménaïel, à l’est de la wilaya de Boumerdès, a été également prise entre les tenailles des forces combinées de sécurité qui ont réussi à éliminer une dizaine d’éléments armés du GSPC. Cette stratégie de lutte antiterroriste a conduit à une meilleure maîtrise de la situation sécuritaire dans la région de Boumerdès, considérée comme zone d’acheminement des terroristes vers la capitale. Notre source indique également que « la katiba Ansar dirigée par le terroriste Bentouati alias Abou Amine est considérée comme le poumon du GSPC en matière de financement des attentats. Le forcing des services de sécurité opéré sur cette organisation a permis de la déstabiliser et de créer un déchirement dans les rangs du GSPC où règne un climat de suspicion et de méfiance entre les terroristes ».

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant