ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Le HCI s’oppose à l’abolition de la mort en Algérie

 
Le Haut Conseil islamique (HCI) s’est dit opposé à l’abolition de la peine de mort souhaitée par Farouk Ksentini.
mercredi 14 janvier 2009.

Farouk Ksentini appelle à l'abolition de la mort en Algérie. Le Haut Conseil islamique (HCI) a tenu à démentir catégoriquement les propos que lui a attribués un quotidien national et qui ont trait à l’abolition de la peine de mort en Algérie. La déclaration a mis Cheikh Bouamrane dans tous ses états, d’autant plus que le HCI, affirme-t-on, « ne devrait même pas être saisi sur un sujet qui tire son essence du saint Coran », a déclaré une source autorisée de cet organe consultatif dépendant de la présidence de la République. Contacté par nos soins, un haut responsable du HCI a précisé que « le HCI ne pourrait jamais cautionner l’abolition de la peine de mort ». Et d’ajouter : « Dire oui serait remettre en cause plusieurs versets du saint Coran ». « L’avis du HCI est le même que celui du ministère des Affaires religieuses et de l’Association des oulémas algériens », souligne l’institution, ajoutant que ses avis ne peuvent en aucun cas être dissociés des enseignements du texte sacré et de la sunna du prophète Mohammed (QSSSL).

De son côté, le Mouvement de la société pour la paix (MSP) s’est indigné qu’un « sujet pareil, complètement étranger à notre identité et à l’esprit de Novembre », soit discuté en public. « Le débat sur la peine de mort est à bannir dans une Algérie où l’islam est religion d’Etat. Au lieu de débattre les vraies questions en matière des droits de l’homme, on transpose le débat sur un terrain inutile. Le MSP ne participera ni aujourd’hui ni demain pour débattre d’un sujet importé », a déclaré M. Farouk, responsable au MSP. Les avis du parti de Soltani sont partagés par le FLN et le FNA de Moussa Touati. Ces deux partis d’essence novembriste déclarent leur hostilité à l’idée d’abolir la peine de mort en Algérie. Pour rappel, la Commission nationale consultative pour la promotion et la protection des droits de l’homme de Farouk Ksentini a organisé, les 12 et 13 janvier, un séminaire sur l’abolition de la peine de mort en Algérie.

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant