ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Le HCI s’oppose à l’abolition de la peine de mort en Algérie

 
Le Haut conseil islamique (HCI) s’est dit totalement opposé à l’abolition de la peine de mort en Algérie.
dimanche 1er février 2009.

Le HCI dit non à l'abolition de la mort en Algérie. Le président du Haut conseil islamique (HCI), Cheikh Bouamrane, a réaffirmé, hier, sa position de refus de l’abolition de la peine de mort en Algérie, et appelé le président de la République à « intervenir pour trancher définitivement la question ». Qualifiant cette question de « purement politique », M. Bouamrane dit que « seul le président Bouteflika est habilité à se prononcer pour mettre un terme aux débats divergeants sur cette question qui occupe les devants de la scène ces derniers temps ». Cheikh Bouamrane s’est exprimé en marge d’une conférence de presse consacrée hier à la présentation des dernières publications du HCI. Pour l’abrogation de la loi sur la peine de mort en Algérie relève d’une décision politique, tandis que le HCI, institution consultative concernant les questions d’ordre religieux, n’est pas pour l’abolition.

M. Bouamrane explique que son institution œuvre pour « l’allègement des peines, au même titre que les avocats défendant les détenus, conformément à la logique et à la véracité des arguments ainsi qu’à notre sainte religion ». Interrogé par ailleurs sur la position du HCI par rapport à la proposition visant à supprimer les antécédents judiciaires des ex-détenus, exprimée dernièrement par l’administration pénitentiaire, M. Bouamrane a déclaré qu’il n’est « pas habilité à s’exprimer sur ce dossier propre à la justice algérienne ». Le HCI se dit néanmoins « favorable à la réinsertion sociale de tous les détenus ».

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant