ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Amérique peine à faire pression sur le Maroc

 
L’Amérique reconnaît le droit à l’autodétermination du peuple du Sahara Occidental mais peine à faire pression sur le Maroc qui préfère le statu quo.
mardi 17 février 2009.

Le Maroc ami de l'Amérique. La délégation parlementaire américaine, présente à Alger dans le cadre des relations entre les deux pays, a saisi l’occasion pour s’exprimer sur le dossier du Sahara occidental occupé par le Maroc. A l’issue d’un entretien avec le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, M. Abdelkader Messahel, M. Gabriel Neville, chef de la délégation parlementaire américaine actuellement en visite en Algérie, a exprimé son soutien au droit à l’autodétermination du peuple sahraoui. « Le peuple sahraoui a droit à l’autodétermination », a déclaré M. Neville, chef du cabinet du représentant républicain de Pennsylvanie au Congrès, M. Joseph Pitts. Il a souligné que si les Américains ont eu « la volonté d’avoir leur autodétermination il y a 200 ans, le peuple sahraoui a également droit à l’autodétermination ». Le chef de la délégation parlementaire américaine a indiqué, d’autre part, que l’entretien a été l’occasion d’évoquer la coopération entre les deux pays, notamment dans les domaines scientifique et culturel.

La position des Etats-Unis concernant le conflit du Sahara occidental est des plus confuses. Si, dans le passé, Washington a joué dans l’équilibrisme en adoptant la position de la communauté internationale, qui institue le droit du peuple sahraoui à un référendum d’autodétermination, ces dernières années n’ont pas manqué de susciter des appréhensions chez la partie sahraouie. Les sorties de hauts responsables américains, tel David Walsh, qui maintiennent une position plus penchée vers le plan d’autonomie marocain, ont été crescendo réaffirmées depuis l’accession de George W. Bush à la tête des Etats-Unis. La position de l’administration américaine a nettement évolué vers la consécration d’une vision plutôt « aisée » du fait de la complexité du conflit opposant le Maroc au Polisario depuis 33 ans, c’est-à-dire consacrer le statu quo entretenu par le Maroc, dont la finalité est de consacrer le fait colonial.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant