ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Le gouvernement veut prévenir une explosion sociale en Algérie

 
Le gouvernement a décidé de mettre la main à la poche pour soutenir le pouvoir d’achat des Algériens et prévenir une explosion sociale en Algérie.
mardi 17 février 2009.

Le gouvernement veut éviter une explosion sociale en Algérie. Des régularisations tous azimuts de milliers de travailleurs en Algérie, des cadeaux fiscaux et autres relèvements de pensions sont accordés actuellement par le gouvernement Ouyahia qui ne lésine pas sur les moyens financiers pour apaiser une situation délicate pour des millions d’Algériens. Le gouvernement dirigé par Ahmed Ouyahia a décidé de mettre la main à la poche, au regard des sommes d’argent qu’il doit débourser pour débloquer des situations, souvent tragiques, qui ont pourtant duré des années. Ainsi, et à quelques jours d’intervalle, il a mobilisé plus de 26 milliards de dinars pour le paiement d’arriérés salariaux à quelque 21 822 travailleurs restés sans salaires depuis 2001. Il s’agit de travailleurs compressés durant les années 1990, suite à la dissolution de leurs entreprises, et qui ont tenté vainement d’obtenir le paiement de leurs arriérés de salaires. Pour se faire entendre, ils ont multiplié grèves de la faim, sit-in, manifestations pacifiques, sans obtenir gain de cause. A cette mesure salutaire, il convient d’ajouter la décision de relever l’allocation forfaitaire de solidarité (AFS) de 1 000 à 3 000 DA, à partir du 28 février prochain, soit le triple du traitement accordé jusqu’à aujourd’hui.

Environ 750 000 personnes démunies bénéficiaires de l’AFS (versée mensuellement aux catégories sans revenu) percevront l’augmentation de leur pension, qui sera portée de 1 000 DA à 3 000 DA, à partir du 28 février, a indiqué hier le directeur général de l’ADS, Djamel Bensenan. A cela il faudra également ajouter 1,5 milliard de dinars qui seront déboursés mensuellement par l’Etat pour permettre aux plus démunis de vivre décemment en Algérie. La communauté algérienne établie à l’étranger n’est pas en reste. Désormais, les Algériens résidant à l’étranger ne sont plus obligés de restituer leur carte de représentation consulaire algérienne à l’étranger. Le ministère des Affaires étrangères ne conditionne plus la délivrance du certificat de changement de résidence (CCR) à la restitution de la carte de séjour. Grâce à ce document, un Algérien résidant à l’étranger a la possibilité d’effectuer un seul déménagement dans sa vie sans payer les droits de douane en Algérie. Cette formule est souvent utilisée par les émigrés ayant encore de la famille en Algérie.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant