ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

La drogue envahit l’Algérie

 
Les saisies de drogue en Algérie ont connu une hausse spectaculaire depuis le début de l’année selon la gendarmerie nationale.
vendredi 27 mars 2009.

Saisie de drogue en Algérie. Tous les clignotants sont au rouge pour ce qui est du trafic de drogue en Algérie. L’ampleur que prend ce fléau dépasse tout entendement. Et plus grave encore, si aujourd’hui le territoire algérien est inondé de cannabis, cette substance prohibée qui nous provient du Maroc, un tel constat n’aurait pu prendre des proportions aussi alarmantes n’était-ce la complicité des services de sécurité du Royaume. La haine que voue notre voisin de l’Ouest pour l’Algérie est à telle enseigne que les éléments de sécurité du Makhzen, notamment ceux placés au niveau du tracé frontalier algéro-marocain ferment l’oeil, pour ne pas dire qu’ils facilitent l’introduction d’énormes quantités de drogues sur le territoire algérien. Côté algérien, les éléments de la Garde-frontière relevant de la corporation de la Gendarmerie nationale sont aux aguets du moindre déplacement des narcotrafiquants. C’est donc une guerre sans merci que livrent au quotidien nos gardes-frontières contre les transporteurs de cannabis, une fois que ces derniers foulent le sol algérien.

Les quantités de drogue saisies donnent froid dans le dos. De janvier à ce jour, la moyenne des saisies s’élève à pas moins de cinq tonnes mensuellement. Selon le colonel Zeghida, responsable de la police judicaire au commandement national de la Gendarmerie, les saisies opérées en Algérie par ce corps de sécurité pour le compte du premier trimestre de l’année 2009 sont de l’ordre de 15 tonnes, soit prés de 50 % de ce qui a été saisi tout au long de l’année 2008 où la quantité de cannabis récupérée par la corporation de la Gendarmerie nationale s’est chiffrée à une trentaine de tonnes. De record en record, l’augmentation des saisies de drogue opérées par la corporation de la Gendarmerie nationale est en passe de connaître une augmentation fulgurante jamais égalée depuis l’indépendance de l’Algérie. Elles sont passées de quatre tonnes en 2007 pour atteindre les 30 tonnes au courant de l’année 2008. Et voilà que la moitié de cette quantité est déjà saisie en l’espace des trois premiers mois de l’année en cours. Il va sans dire aussi que ces quantités saisies ne constituent qu’une partie infime de ce qui circule réellement comme cannabis sur le territoire algérien.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Courrier d’Algérie