ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Le directeur d’une banque détourne 5 milliards en Algérie

 
L’ancien directeur d’une banque publique en Algérie a été condamné à 10 ans de prison pour avoir détourné 5 milliards de centimes.
mardi 28 avril 2009.

Détournement dans une banque en Algérie. Le tribunal correctionnel de Sidi M’hamed de la cour d’Alger a condamné, avant-hier, l’ancien directeur d’une agence bancaire publique en Algérie à 10 ans de prison ferme assortis d’une amende de 1 million de dinars à titre de dommages et intérêts. Le mis en cause, qui exerçait à Alger, était poursuivi pour détournement de deniers publics et faux et usage de faux dans des documents bancaires. Le trou financier causé à cette institution, estimé à 5 milliards de centimes, a été découvert suite à une inspection interne diligentée par les services de tutelle. Lors de l’enquête préliminaire, cet ancien directeur a reconnu avoir utilisé de l’argent public à des fins personnelles, notamment pour l’achat d’une villa, de deux véhicules 4x4 et d’un appartement. Mais lors de l’instruction judiciaire, il s’est rétracté, affirmant au magistrat en charge de l’enquête qu’il n’avait rien à voir avec le trou financier découvert par les enquêteurs. Le mis en cause a soutenu que « l’argent avait été dilapidé par son adjoint et deux de ses proches collaborateurs ». Convoqués, ces derniers ont déclaré que le directeur avait agi seul ».

Suite à quoi, le prévenu a été placé sous mandat de dépôt par le magistrat instructeur. Lors de son audition au tribunal, l’inculpé a maintenu les dépositions faites durant l’instruction judiciaire, allant jusqu’à déclarer qu’il faisait l’objet d’un coup monté de toutes pièces. Le procureur de la République a requis quinze ans de prison ferme assortis d’une amende de 1 million de dinars, estimant que toutes les preuves attestant la culpabilité de l’accusé étaient réunies, dont ses aveux concernant l’achat de biens immobiliers. Au regard des aveux de son client, l’avocat de la défense s’est contenté de solliciter l’application des articles relatifs à l’octroi de circonstances atténuantes. Le condamné compte interjeter appel auprès de la chambre pénale de la cour d’Alger, pour demander la révision de son procès. Enfin, il convient de souligner que le président de tribunal a ordonné la saisie de tous les biens mobiliers et immobiliers de l’ancien directeur d’une banque publique en Algérie.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant