ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie s’engage pour un nucléaire pacifique

 
Le ministre Chakib Khelil a rappelé l’engagement de l’Algérie pour une utilisation pacifique de l’énergie nucléaire.
jeudi 17 septembre 2009.

L'Algérie s'engage pour un nucléaire pacifique. Le ministre de l’Energie et des Mines, M. Chakib Khelil, a réitéré l’engagement constant de l’Algérie pour l’utilisation pacifique et sûre de l’énergie nucléaire, soulignant l’importance de la coopération internationale dans ce domaine. Le ministre s’exprimait dans une intervention à la 53e session de la Conférence générale de l’AIEA tenue avant-hier à Vienne. Le Khelil a mis l’accent sur l’engagement constant de l’Algérie pour les utilisations pacifiques et sûres de l’énergie nucléaire, sur l’importance cruciale de la coopération internationale pour toutes les applications de cette source d’énergie en appui aux efforts nationaux de développement, comme il a mis en exergue le rôle unique de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) dans ce domaine. « L’Algérie attache la même importance aux trois piliers de l’AIEA, persuadé que les activités de promotion/sécurité et de garanties sont nécessaires au bon équilibre et à la bonne santé de l’agence.

Le ministre, qui était à la tête d’une délégation, a estimé que « les progrès enregistrés en matière de sûreté nucléaire dont font état les rapports de l’AIEA, conjugués aux performances de l’industrie nucléaire, sont encourageants face aux réticences que continue de susciter l’énergie atomique ». « Les Etats désireux de se lancer dans l’électronucléaire pourront bénéficier de l’expérience des nombreux réacteurs en opération dans le monde, utilisant des normes de sûreté et d’efficacité particulièrement exigeantes, ainsi que de la mise au point de réacteurs de plus en plus sûrs », a-t-il relevé. Concernant la coopération entre l’Algérie et l’AIEA, le ministre a souligné l’importance des activités de coopération développées entre les deux parties qui, a-t-il dit, « se déroulent de façon satisfaisante ». Au plan régional, M. Khelil a réaffirmé l’engagement de l’Algérie et son appui multiforme au programme « AFRA » de coopération dans le domaine de la science et de la technologie nucléaire, ajoutant que « le soutien de l’AIEA et des partenaires de l’Afrique est également nécessaire pour améliorer de façon significative les capacités des pays africains à tirer bénéfice des applications de l’énergie nucléaire ».

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant