ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’ancien PDG d’Algérie Télécom condamné à cinq ans de prison

 
L’ancien PDG du groupe Algérie Télécom Slimane Kheïreddine a été condamné à cinq ans de prison ferme dans le cadre d’une affaire de détournement de fonds.
mercredi 21 octobre 2009.

L'ancien PDG d'Algérie Télécom condamné à cinq ans de prison. L’affaire des malversations impliquant des cadres d’Algérie Télécom vient de connaître son épilogue. Ainsi, le tribunal correctionnel de Sétif a condamné, hier, Slimane Kheïreddine, ex-PDG d’Algérie Télécom, à 5 ans de prison ferme. Djaziri Mouloud, lui aussi ex-PDG, écope de 3 ans d’emprisonnement. Les deux mis en cause ont été condamnés pour conclusion de marché contraire à la réglementation en vigueur. Poursuivi pour négligence ayant abouti au détournement des finances publiques, le directeur des finances et de la comptabilité, Afadjen Boualem, est condamné à 36 mois ferme. Poursuivis pour les mêmes motifs, Meziani Ahmed (directeur central par intérim) se voit infliger une peine d’une année d’emprisonnement, tout comme trois autres cadres. L’un des deux associés de l’entreprise privée ayant bénéficié du marché avec Algérie Télécom écope de 2 années avec sursis. Egalement impliqué, son fils est condamné à 12 mois avec sursis. En fuite, l’autre associé écope quant à lui de 10 ans de réclusion assortie d’une amende d’un million de dinars. La même peine est prononcée à l’encontre de son fils, lui aussi en fuite. L’on apprend que de lourdes sanctions ont été prononcées à l’encontre de la société privée.

Pour rappel, cette affaire a été déclenchée en 2006 après que les associés incriminés (le fournisseur privé) établis à Sétif, ont été sollicités par Algérie Télécom pour fournir la câblerie nécessaire aux installations téléphoniques du groupe. Le montant du marché s’élève à plus d’un milliard de dinars. Sans même fournir un brin de fil, ce fournisseur encaisse le chèque représentant le paiement intégral de la transaction. Déjà en litige avec la banque Natexis Algérie de Sétif qui a hypothéqué l’usine pour non-remboursement de crédit, l’un des associés prend alors la clé des champs après avoir encaissé le chèque d’Algérie Télécom et consommé le crédit octroyé par sa banque. Ce qui a poussé la section de recherche et d’investigation du groupement de gendarmerie de Sétif à ouvrir une enquête. En épluchant toutes les pièces relatives à ce volumineux dossier, les enquêteurs ont réussi à lever le voile sur plusieurs malversations impliquant de hauts cadres d’Algérie Télécom, en détention préventive depuis plusieurs mois.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après El Watan