ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

La lutte antiacridienne en Algérie se poursuit

 
2 650 ha ont été traités et 121 000 autres ont été prospectés dans le cadre de la lutte antiacridienne en Algérie selon l’INPV.
jeudi 5 novembre 2009.

La lutte antiacridienne en Algérie se poursuit. La situation acridienne en Algérie est caractérisée actuellement par une accalmie sur l’ensemble des zones prospectées, abritant les aires habituelles de survie dans les wilayas de l’extrême Sud, à savoir Tamanrasset, Adrar et Illizi. « Un dispositif national d’intervention contre la lutte antiacridienne mis en place depuis l’invasion acridienne de 2004-2005 est assuré par 4 équipes de surveillance et de traitement de l’Institut national de la protection des végétaux (INPV), qui sillonnent les zones habituelles d’activité du criquet pèlerin situées au Sahara central et dans l’extrême Sud. » C’est ce qu’a indiqué le chargé de communication auprès du ministère de l’Agriculture, M. Barchiche, dans un communiqué parvenu hier à notre rédaction. Le même responsable a assuré qu’à ce jour, « plus de 2 650 ha ont été traités et 121 000 prospectés, dans le cadre de ce dispositif national d’intervention ». Il a indiqué que des mesures préventives ont été prises au plan national et qu’un suivi renforcé de l’évolution de la végétation saisonnière au niveau du nord de la Mauritanie par des images satellitaires de haute résolution de l’Agence spatiale algérienne (ASAL) est effectué.

Le communiqué parle également du renforcement de la lutte intensive antiacridienne en Algérie au niveau des zones frontalières avec le Niger et le Mali et de la consolidation des bases de lutte antiacridienne de Béchar, de Tamanrasset, d’Adrar, de Ghardaïa et de Biskra en moyens d’intervention pour faire face à ce phénomène qui a été toujours considéré comme un fléau dévastateur de nos ressources agropastorales, qui peut mettre en péril la sécurité alimentaire en cas de recrudescence. Une réunion régionale des experts s’est tenue du 28 octobre au 1er novembre 2009 à Nouakchott sous l’égide de la Commission de lutte contre le criquet pèlerin dans la région occidentale (CLCPRO) pour examiner la situation et élaborer un plan d’action régional de surveillance et de lutte en cas de menace acridienne. Les experts ont recommandé d’intensifier les prospections afin de détecter l’activité acridienne et de procéder aux traitements le cas échéant.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant