ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Large suivi de la grève dans les lycées en Algérie

 
Le taux de suivi de la grève nationale dans les lycées en Algérie a dépassé 90% selon le secrétaire général du SNAPEST.
lundi 9 novembre 2009.

Large suivi de la grève dans les lycées en Algérie. La grève nationale à laquelle ont appelé les syndicats de l’éducation a eu un écho favorable auprès des enseignants du secondaire qui ont répondu massivement au mot d’ordre. Le taux de suivi avancé par M. Meziane Meriane, secrétaire général du Syndicat national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (SNAPEST), varie entre 90 et 100 % à travers l’Algérie. « Nous n’avons jamais atteint ce chiffre depuis 2003. C’est vraiment une grande réussite de la mobilisation et de l’unification syndicales », affirme-t-il. Ces chiffres diffèrent cependant d’une région à l’autre. « Pour les enseignants du secondaire, c’est un succès puisque la grève a été suivie à hauteur de 100 %. A Oran, Constantine, Annaba, Ouargla et dans beaucoup d’autres wilayas d’Algérie, la plupart des lycées ont été paralysés », souligne Meziane Meriane, expliquant cela par le marasme qui caractérise actuellement le secteur de l’éducation à plusieurs niveaux.

M. Meriane a déclaré que cette grève intervient en réponse à « l’érosion du pouvoir d’achat des enseignants et des fonctionnaires d’une manière générale, rendant insignifiantes les augmentations des salaires qu’adopte la tutelle depuis 2003 ». Tout en jetant la balle dans le camp du ministère, M. Meriane estime que les revendications formulées par l’intersyndicale de l’éducation sont légitimes. « C’est à la tutelle de répondre favorablement à nos doléances », a-t-il lancé. De son côté, l’Union nationale du personnel de l’éducation et de la formation dénonce le comportement de quelques inspecteurs de l’éducation qui font de fausses déclarations concernant le taux de suivi de la grève nationale dans les lycées en Algérie. Même si les plates-formes de revendications diffèrent d’une organisation syndicale à l’autre, les syndicats autonomes du secteur de l’éducation sont parvenus à un consensus autour de la question salariale, notamment la revalorisation du point indiciaire et la promulgation du régime indemnitaire et son application avec effet rétroactif à partir de janvier 2008.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après Le Jeune Indépendant