ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie a choisi de ne pas répondre à l’Egypte

 
L’Algérie a officiellement choisi de ne pas répondre à la campagne médiatique anti-algérienne menée en Egypte après la victoire des Verts.
vendredi 4 décembre 2009.

L'Algérie a choisi de ne pas répondre à l'Egypte. Le premier ministre, M. Ahmed Ouyahia a affirmé jeudi à Alger que "la meilleure attitude était de ne pas répondre à certaines déclarations" en allusion à la campagne médiatique qui a suivi le match d’appui entre l’Algérie et l’Egypte le 18 novembre au Soudan. S’exprimant lors d’une conférence de presse à l’issue des travaux de la 13e tripartite (gouvernement-syndicat-paronat), M. Ouyahia a indiqué que "la grandeur et la valeur du peuple algérien ainsi que l’ingéniosité et la sagesse des autorités algériennes, à leur tête le président de la République", ont été à l’origine de l’attitude observée devant ces déclarations, précisant que cette dernière "n’était motivée par aucun embarras ni autre calcul". "Ni les insultes, ni les attaques ne diminuent de la valeur et de la grandeur du peuple et de l’Etat algériens", a-t-il poursuivi. Pour le premier ministre, "l’Algérie à un statut à préserver d’ou son choix de ne pas répondre à des propos complètement déplacés et dénués de tout sens". "Cette attitude, a fait remarquer M. Ouyahia a été plus percutante que n’importe quelle autre réponse".

Il a salué "la noblesse de l’Algérie et du peuple algérien", rappelant "les principes qui régissent l’Algérie" depuis la colonisation et "sa contribution dans la lutte d’autres peuples". "Nous avons choisi l’essentiel à l’accessoire", a-t-il encore ajouté. "Le citoyen algérien ne doit jamais perdre de vue qu’il appartient à un grand peuple et à un grand pays. Et ce ne sont pas là des slogans creux", a insisté M. Ouyahia, ajoutant que le "un million et demi de martyrs de la Révolution ne constituent pas une découverte fortuite". Il a également rappelé "la solidarité de l’Algérie avec les peuples frères", indiquant que "le souligner aujourd’hui n’était pas liée à une quelconque conjoncture". En réponse aux attaques qualifiant l’Algérie de pays de "violence et de terrorisme", M. Ouyahia a indiqué que "durant les années de terreur lorsque nous endurions les pires épreuves nous n’avions trouvé personne à nos côtés". "Mais, grâce à Dieu, nous avons triomphé", a-t-il affirmé.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après APS