ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

D’anciens cadres du Crédit populaire d’Algérie devant la justice

 
D’anciens cadres de la banque publique Crédit populaire d’Algérie sont poursuivis pour le détournement de plus de 92 millions de dinars.
mercredi 6 janvier 2010.

D'anciens cadres du Crédit populaire d'Algérie devant la justice. Des ex-cadres et des fonctionnaires du Crédit populaire d’Algérie devront comparaître très prochainement devant le président chargé de la section des flagrants délits près le tribunal de Sidi M’Hamed pour répondre des chefs d’inculpation retenus à leur encontre durant l’instruction judiciaire. Parmi les accusés figurent, entre autres, des ex-chefs de service chargés des finances, de l’exploitation et de la comptabilité. Ces ex-cadres et fonctionnaires ayant occupé des postes de responsabilité à la fin des années 1990, ils sont poursuivis pour détournement et dilapidation de deniers publics estimés à plus de 92 millions de dinars. Le trou financier a été découvert suite à une inspection diligentée par la direction générale du Crédit populaire d’Algérie. Saisi, le procureur de la République a sollicité de son collègue de l’instruction l’ouverture d’une enquête judiciaire et le placement des mis en cause en détention provisoire à la maison d’arrêt de Bab Edjedid (ex-Serkadji).

Sur cinq impliqués, deux seulement ont répondu à la convocation du juge chargé du dossier. Les trois autres ont fait l’objet de mandats d’arrêt lancés à leur encontre. Ces derniers ont été, rappelons-le, arrêtés récemment par les éléments de la police judiciaire. Interrogés à propos des charges retenues contre eux lors de l’enquête préliminaire, les prévenus ont nié ces dernières estimant qu’ils font l’objet de coups montés de toutes pièces par d’ex-responsables du Crédit populaire d’Algérie, et ce dans le but de fuir la responsabilité pénale qui pèse sur eux. Les accusés ont, par ailleurs, affirmé que ces derniers sont entièrement responsables des anomalies et carences relevées par les inspecteurs. Ils ont en outre estimé que « le montant du trou financier découvert a été utilisé par les ex-premiers responsables de cette institution bancaire à des fins personnelles, notamment à l’achat de logements et de véhicules luxueux ».

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après Le Jeune Indépendant