ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie n’est pas un pays de consommation de drogue

 
La consommation de drogue en Algérie demeure faible selon le colonel de la gendarmerie nationale Djamel Zeghida.
mardi 2 février 2010.

L'Algérie n'est pas un pays de consommation de drogue. Il y a seulement quelques années, les trafiquants prenaient la fuite et allaient même jusqu’à abandonner leur marchandise pour ne pas se faire prendre par les gardes-frontières de l’Algérie, aujourd’hui, ils n’hésitent pas à ouvrir le feu à l’approche d’une patrouille des gendarmes gardes-frontières (GGF). Ainsi, chaque véhicule des cortèges de contrebandiers est muni de son propre lot de carburant et surtout d’armes, parfois lourdes, pour contrecarrer l’action des gardes-frontières en cas de course-poursuite. D’ailleurs, durant l’année 2009, 15 accrochages de ce type ont eu lieu, provoquant la mort de deux gendarmes. Lors de ces opérations, il a été récupéré 42 véhicules, 4 FM/PK, 7PM/AK, 16 téléphones portables Thuraya et 3 GPS. Bien que les GGF aient multiplié les cordons de sécurité dans le sud de l’Algérie et mis en place des moyens sophistiqués pour s’adapter à cette nouvelle forme de criminalité, la menace plane de plus en plus. Devant des narcotrafiquants qui connaissent bien le terrain et préfèrent un accrochage armé à une arrestation ou une perte de la marchandise, il faut dire que la mission s’avère bien difficile, voire périlleuse.

Sur les 64 tonnes de kif traité saisies en Algérie en 2009 par les éléments de la Gendarmerie nationale, 47 ont été récupérées aux frontières algériennes, soit 73 % de l’ensemble des saisies. Ce qui montre à quel point le trafic de drogue est omniprésent dans les régions frontalières. Le trafic de stupéfiants est, en effet, en hausse. Alors qu’en 2008, les gendarmes ont pu récupérer 30 tonnes de kif traité, lors des cinq derniers mois de 2009, ils ont pu mettre la main sur 40 tonnes, pour aboutir, en fin d’année, à une saisie totale de 64 tonnes. Par ailleurs, et c’est ce qui reste réconfortant aux yeux du colonel Djamel Zeghida, l’Algérie est loin d’être un véritable pays consommateur de drogue, car seulement 115 kg de la quantité globale saisie étaient destinés à la consommation. L’essentiel de la quantité saisie, à savoir 52 tonnes, était destiné au transit par les frontières algériennes, pour alimenter l’Europe et le Moyen-Orient.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après Le Soir d’Algérie