ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie pourrait envoyer des soldats en Somalie

 
L’Algérie promet d’envoyer un contingent de 1 700 soldats en Somalie selon une source de l’Agence africaine de presse.
mercredi 3 février 2010.

L'Algérie pourrait envoyer des soldats en Somalie. L’Algérie affirme son attachement à parrainer les efforts de paix au Darfour, à Madagascar et dans la région du Sahel. La sécurité et la paix en Afrique ont été la préoccupation centrale des dirigeants africains durant le sommet d’Addis Abeba. Les conflits et guerres de rébellion au Darfour, en Somalie et en Guinée restent inquiétants. Hier à Addis Abeba, le président Bouteflika a déploré la persistance de l’insécurité et de l’instabilité dans certaines régions du continent. Lors de son allocution sur les questions de la paix et de la sécurité au 14e sommet de l’UA, il a abordé la situation de la Somalie en estimant qu’« elle ne se réduit pas à une simple question de piraterie maritime, qui est une conséquence de l’absence d’autorité nationale dans ce pays ». L’urgence est évidente d’envoyer un contingent algérien travaillant sous l’égide de l’AMISOM. « Il nous paraît urgent de parachever le déploiement des bataillons restants de l’AMISOM et de mobiliser le reste des promesses de contribution de la Conférence de Bruxelles, ce qui permettra de renforcer les capacités des institutions somaliennes, de consolider la stratégie globale de sortie de crise et de restaurer l’Etat somalien dans sa plénitude. »

Sur le dossier soudanais, le chef d’Etat algérien a encore une fois réitéré la position algérienne selon laquelle « l’Afrique est à même de promouvoir des solutions responsables et efficientes aux problèmes auxquels le continent est confronté ». Dans ce cadre, l’Algérie sera l’un des pays qui apportera sa contribution aux efforts de paix et de stabilité au Darfour qui demeure la région la plus tendue au niveau du continent. Le Président regrette au passage « l’appel malheureusement non entendu, adressé au Conseil de sécurité de l’ONU pour la suspension du mandat d’arrêt émis par la Cour pénale internationale contre le président Omar Hassan El-Bachir ». De même, la résurgence de la violence en Guinée n’est pas passée inaperçue pour le chef de l’Etat algérien qui a qualifié la situation de préoccupante, appelant « l’UA à demeurer ferme et sans concession devant de telles dérives ». Autrement dit, l’Algérie sera toujours contre les changements anticonstitutionnels ou coups d’Etat en Afrique. C’est à cet effet que l’Algérie a enregistré une satisfaction dans le règlement de certains conflits, notamment en Côte d’Ivoire, en République démocratique du Congo, en République centrafricaine, au Burundi, aux Comores, au Sierra Leone et au Liberia.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant