ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Coopération sécuritaire entre l’Algérie et l’Arabie Saoudite

 
L’Algérie et l’Arabie Saoudite ambitionnent de renforcer leur coopération sécuritaire notamment contre le terrorisme islamiste.
jeudi 11 février 2010.

Coopération sécuritaire entre l'Algérie et l'Arabie Saoudite. Des officiers supérieurs de la police nationale devront se rendre prochainement en Arabie saoudite pour prendre part à des séminaires sur la lutte contre le crime et les méthodes scientifiques d’investigations. Le séminaire qui se tiendra à partir du 1er mars prochain à l’université de Nayef des sciences sécuritaires à Ryad, la capitale saoudienne, portera notamment sur les techniques d’analyse des effets des armes et des équipement dans la lutte contre le crime organisé, a appris le Jeune Indépendant de source sécuritaire. L’université de Nayef des sciences sécuritaires, la plus prestigieuse au monde, organise constamment des formations, des stages et des séminaires. Ses programmes de coopération s’étendent à tous les pays arabes, mais l’Algérie constitue l’un des pays les plus sollicités par les experts locaux en raison de son expérience en matière de lutte contre le terrorisme. Il sera également question de l’examen des méthodes servant à l’identification des différents types d’armes en cas d’attentats, ou tout autre type d’agression.

En marge de ce séminaire, les experts algériens devront avoir des réunions avec leurs homologues saoudiens pour évoquer la coopération dans le domaine de la lutte antiterroriste et le crime organisé, a-t-on indiqué de même source. Les contacts algéro-saoudiens se sont intensifiés ces derniers jours, notamment depuis la publication par les Etats-Unis d’une liste soumettant les ressortissant des deux pays à des mesures de contrôle sévères dans les aéroports américains. Ces mesures avaient irrité les deux pays qui y voient un moyen de pression utilisé par Washington. Des indiscrétions font état de la volonté des Etats-Unis de faire plier l’Algérie sur la question du contrôle du grand Sahel, une région désertique riche en matières premières. L’Arabie saoudite avait décidé de réduire ses commandes d’armement tandis que Washington veut contraindre le royaume à acheter davantage de batteries destinées contre l’Iran.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant