ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Des assistants parlementaires américains en visite en Algérie

 
Les assistants parlementaires américains ont promis de faire part de l’inquiétude algérienne concernant l’introduction de l’Algérie sur la liste noire des Etats-Unis.
jeudi 18 février 2010.

Des assistants parlementaires américains en visite en Algérie. Les assistants parlementaires américains estiment en parallèle que l’Algérie progresse et son expérience dans la lutte antiterroriste intéresse toujours les Américains. Les assistants parlementaires américains, sous la direction de Michael Alexander, secrétaire général du comité de sécurité et des affaires gouvernementales du Sénat, ont participé hier à une conférence-débat organisée par le journal Echaâb où ils voulaient surtout s’enquérir de la position algérienne sur certains dossiers internationaux. Il s’agit notamment de l’expérience algérienne dans la lutte antiterroriste, de la problématique du Sahel et de la question du Sahara occidental. M. M’hand Berkouk, politologue et expert en géostratégie, a tenu à rappeler aux parlementaires américains la « reconnaissance internationale à l’Algérie en matière de lutte antiterroriste ». Il a livré quelques éclairages sur « ce phénomène transnational qui n’est pas dû au manque de démocratie et à la pauvreté comme on a tendance à le souligner ».

Pour le contexte algérien, l’expert a rappelé « l’insistance de l’Algérie sur la création d’un front international uni pour éradiquer un tel phénomène qui a tendance actuellement à évoluer sous d’autres modes opératoires ». Au même moment, l’expert politologue se dit « ne pas comprendre pourquoi les Etats-Unis ont inscrit l’Algérie sur la liste noire et dont les ressortissants devraient être soumis à un contrôle rigoureux au niveau des aéroports américains ». D’autant que les relations algéro-américaines ont toujours été marquées par une bonne entente et de la cordialité. Le chef de la délégation américaine a promis que cette mesure sera évoquée dans leur rapport qui serait soumis au Congrès. Rien de plus, sinon quelques effusions sur l’Algérie qui progresse dans tous les domaines, un gage de coopération entre l’Algérie et les Etats-Unis. A cet effet, une assistante parlementaire a signalé que « cette coopération ne doit pas se réduire au niveau sécuritaire ». Ce lapsus a poussé d’ailleurs M. M’hand Berkouk a réitérer « la position algérienne à condamner les attentats terroristes du 11 septembre 2001 » et de fournir son assistance en termes de renseignements aux Américains.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant