ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie condamne les propos de Bernard Kouchner

 
La classe politique en Algérie a vivement condamné les récents propos du ministre français Bernard Kouchner sur les relations franco-algériennes.
lundi 22 février 2010.

L'Algérie condamne les propos de Bernard Kouchner. La déclaration du ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, faite récemment à un journal parisien et selon laquelle la relation entre l’Algérie et la France sera « peut-être plus simple » lorsque la génération de l’indépendance algérienne ne sera plus au pouvoir continue de susciter la réaction des Algériens. Ainsi, après le PT qui qualifie cette déclaration d’« ingérence flagrante dans nos affaires internes », c’est au tour du RND de condamner le locataire du Quai d’Orsay. « Nous rappelons à ce ministre que les Algériens, tous les Algériens, sont fiers de leur Révolution », souligne le parti du Premier ministre. Ce parti membre de l’alliance présidentielle ajoute qu’il s’agit là d’une « attitude irresponsable et hostile » envers le peuple algérien. Par ailleurs, la Fondation du 8 mai 1945 n’hésite pas à qualifier Kouchner de « faux socialiste qui prétend être un fervent défenseur des droits de l’homme alors qu’il avale toutes les couleuvres qu’Israël lui [présente] pour s’opposer aux droits des Palestiniens et [à ceux] des autres peuples […] d’Afrique et d’ailleurs ».

Plus loin, la fondation qui milite pour la criminalisation de la France coloniale enchaîne : « Un homme (NDLR : Bernard Kouchner) qui n’a aucune ligne directrice dans sa politique à géométrie variable. Un piètre apprenti diplomate. » Par ailleurs, de vives protestations ont été émises par les organisations d’enfants de chouhada, à l’exemple de l’ONEC qui souligne : « La flamme de Novembre continuera d’illuminer les générations actuelles et futures. En témoigne le drapeau national hissé dans chaque foyer. » Les moudjahidine ne sont pas en reste ainsi que le ministre délégué aux Collectivités locales, Dahou Ould Kablia, qui, en sa qualité d’ancien cadre de l’ALN et membre du gouvernement algérien, invite Kouchner à ne plus faire de déclarations pareilles. Du côté des citoyens, c’est la consternation. « Pour qui se prend ce monsieur ? A-t-il oublié que l’Algérie est un pays indépendant, souverain. Un Etat important dans la région et dans l’échiquier international ? » s’indigne Tahar B., 76 ans, un ancien de la zone autonome d’Alger.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant