ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie et la France coopèrent dans la sécurité maritime

 
L’Algérie et la France participent à un exercice naval commun à Toulon dans le cadre de la coopération dans la sécurité maritime entre les deux pays.
mercredi 3 mars 2010.

L'Algérie et la France coopèrent dans la sécurité maritime. Un exercice bilatéral de surveillance et de sécurité maritime en Méditerranée, mobilisant des forces navales françaises et algériennes, a débuté hier à Toulon et se terminera le 19 mars à Alger, selon un communiqué rendu public. Baptisé Raïs Hamidou 10, cet exercice s’inscrit dans le cadre de l’accord de coopération et d’amitié dans le domaine de la défense signé le 21 juin 2008 entre la France et l’Algérie. Selon le communiqué, cet exercice vise à « consolider la coopération opérationnelle » entre les forces navales algériennes et la marine nationale française dans les domaines de surveillance et de sécurité maritimes. L’objectif est de développer « l’interopérabilité » entre les unités et le partage des expériences et des connaissances dans des situations de crise, comme la pollution, le sinistre en mer ou le trafic illicite. La première phase de cette manœuvre se déroulera à quai à Toulon jusqu’au 9 mars et sera destinée à la préparation des activités à la mer. Une opération aéro-maritime de recherche, d’interception et de secours aura lieu ensuite devant les côtes algériennes.

Dans cet exercice, la France a engagé la frégate de surveillance Germinal, un hélicoptère Lynx et un avion de patrouille maritime Atlantique 2. De son côté, l’Algérie a mobilisé le bâtiment de débarquement Kalâat Ben Rached, une corvette lance-missiles, deux vedettes garde-côtes, un navire de sauvetage et un navire plastron. L’Algérie et la France avaient organisé le 30 janvier 2009 le premier exercice conjoint de surveillance et de sécurité maritimes baptisé Raïs Hamidou 08. Cet exercice naval avait pour but « la consolidation de la coopération opérationnelle dans les domaines de la surveillance et de la sécurité maritimes ». L’objectif de cet exercice visait le « partage des expériences et des connaissances », favorisant ainsi l’aptitude des deux parties à « opérer conjointement et à répondre, le cas échéant, à une situation de crise » telle que la pollution, un sinistre en mer, ou à un trafic illicite.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant