ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Belkhadem s’oppose au durcissement de la loi contre la corruption en Algérie

 
Abdelaziz Belkhadem s’est dit opposé à un éventuel durcissement de la loi pour la lutte contre la corruption en Algérie.
mardi 27 avril 2010.

Belkhadem s'oppose au durcissement de la loi contre la corruption en Algérie. Le secrétaire général du FLN Abdelaziz Belkhadem a déclaré, lors d’un point de presse qu’il a animé hier au siège de son parti, que « combattre toutes les formes de corruption en Algérie ne passe pas seulement par des lois. L’arsenal juridique en vigueur est suffisant pour faire condamner ceux qui se rendent coupables d’actes de corruption ». La meilleure manière de lutter contre ce fléau, selon Belkhadem, consiste à « actionner les organes de contrôle populaire, politique et sécuritaire, et l’Etat n’a pas besoin de grandes réformes pour pouvoir lutter contre la corruption ». « Ça passe aussi par la transparence. » Le premier responsable du FLN a appelé à la sérénité dans cette lutte.

Il a insisté sur la nécessité de « protéger les cadres et gestionnaires intègres et éviter qu’un climat de suspicion ne paralyse les bonnes volontés ». En parlant toujours de la corruption en Algérie, qui a défrayé la chronique depuis quelque temps, Abdelaziz Belkhadem a refusé de commenter les propos tenus pas son collègue au gouvernement, Abdelhamid Temmar, ministre de l’Industrie et de la Promotion des investissements, qui avait déclaré au quotidien Liberté que « la corruption est inévitable ». Belkhadem a esquivé la question sous prétexte qu’il n’a pas lu l’interview de Temmar. La position du parti de Belkhadem sur la manière avec laquelle est menée la lutte contre la corruption laisse apparaître des divergences au sein du gouvernement.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après El watan