ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie participe au sommet Afrique-France

 
Le président Bouteflika représente l’Algérie au 25ème sommet Afrique-France qui se tient à Nice dans le sud de la France.
lundi 31 mai 2010.

L'Algérie participe au sommet Afrique-France. Contrairement donc à ses précédentes éditions, le 25e sommet Afrique-France auquel participe l’Algérie s’annonce comme celui du bilan autant pour les pays africains cinquante ans après la fin de la colonisation française que pour les relations entre l’Afrique et la France. Des relations caractérisées pendant longtemps par une grande ambiguïté. Si les dirigeants africains se montrent plutôt hostiles à l’idée de dresser un bilan de leur présence au pouvoir en raison du fait, tout simplement, que les acquis et les réalisations restent encore très en deçà des aspirations de la majorité des opinions africaines, des proches du président français ont par contre réitéré le souhait de l’Elysée de rompre avec la Françafrique et, par conséquent, de redéfinir la politique africaine de la France. En un mot, Nicolas Sarkozy chercherait à normaliser les relations de la France avec l’Afrique et de faire en sorte à ce que le sommet Afrique-France – qu’il présidera cet après-midi pour la première fois – ne se résume plus à un tête-à-tête entre la France et ses anciennes colonies.

A ce propos, les observateurs et la presse internationale n’ont pas manqué de relever que le célèbre « dîner des amis » qui réunissait encore sous Jacques Chirac la France et des grandes figures de la « Françafrique » à la veille de chaque sommet a disparu du programme. Autre nouveauté : la décision a été prise d’ouvrir à l’avenir le sommet à l’ensemble du continent. En effet, cinquante et un pays africains seront représentés à Nice, à commencer par l’Afrique du Sud et le Nigeria. Ce changement résulterait du fait que Nicolas Sarkozy a décidé aussitôt son arrivée au pouvoir d’adopter une nouvelle doctrine à l’égard de l’Afrique. A chacun de ses rendez-vous africains, il a d’ailleurs à maintes fois déclaré que l’ère des soutiens aux régimes dictatoriaux et corrompus, des chasses gardées commerciales et de la diplomatie parallèle de la France sur le continent noir est révolue. Il y a peu, Nicolas Sarkozy proclamait au Gabon sa volonté de normaliser les relations franco-africaines et d’en finir une fois pour toutes avec « les clichés et les fantasmes ». Bref, d’en finir avec la Françafrique.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après El Watan